Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 18:17

Ma réponse à cette question est assez mitigée.

Le passage par la case nouvelles est très instructif pour un auteur en herbe. Cela oblige à synthétiser ses idées et (chose appréciable) à les mener au bout. Combien d'auteurs de chef-d'oeuvre inaboutis ? On part dans une intrigue, on se disperse sur un tome, deux, trois... et au final, rien, on n'arrive pas à conclure. La nouvelle vous oblige à arriver à vous confronter à la peur du mot "fin" (pour moi, bien plus effrayant que la page blanche).


Écrire des nouvelles, c'est également se donner une chance de parvenir plus vite à l'édition par le biais des appels à textes. Par là, on se fait connaître des éditeurs, des lecteurs... On apprend également à corriger avec un professionnel, ce qui apprend beaucoup pour mener à bout ses romans seul.

Un éditeur qui fait un appel à textes (ouvert au débutant) s'attend souvent à des textes à retravailler. La sélection est rude, mais elle est de l'ordre d'une vingtaine de textes choisis sur une centaine (pour les AT qui ont du succès). Rien à voir avec l'unique roman sélectionné sur une centaine (voire plus). Les petits éditeurs prennent généralement le temps de lire une nouvelle dans son intégralité pour s'en faire une idée (voire la faire lire à d'autres, voir là-dessus mon article sur le comité de lecture). Pour un roman, la sélection est souvent faite dès les premières pages. Il est donc particulièrement utile d'apprendre à traquer ses petits défauts pour améliorer son style. Et l'expérience du travail sur une nouvelle avec un éditeur est très intéressant.


Sans compter qu'un auteur qui a eu la chance de séduire des lecteurs au sein d'une anthologie a plus de chance de vendre son premier roman (il y en a tellement qui paraissent, il faut bien faire un choix).


Mais (car il y a toujours un mais dans mes billets), il faut se méfier d'un certain nombre de pièges quand on chasse l'appel à textes.


Tout d'abord, il y a l'aspect très chronophage de ce sport. Si vous aimez ça, tant mieux. Si par contre ce sont vos romans qui vous tiennent à coeur, vous ne devez pas perdre vos projets de fond pour courir derrière des appels que les dates butoir rendent souvent prioritaires. Pour éviter cela, je vous conseille un calendrier. Vous en sélectionnez quelques-uns selon des critères qui vous sont propres et vous oubliez les autres. Ne cherchez pas à tous les faire, vous y épuiseriez votre plume.


L'autre danger vient aussi du fait qu'un auteur de roman n'est pas forcément un bon auteur de nouvelles (et inversement). Ainsi vous risquez de vous faire connaître mais plutôt pour des textes anecdotiques. Il y a peu de chances qu'ils soient mauvais si vous avez été sélectionné, mais "anecdotique" ça peut suffire à jouer en votre défaveur dans un monde où la surproduction livresque pousse le lecteur à une sélection impitoyable. Pour ceux qui ne se reconnaissent vraiment pas dans l'écriture de nouvelles, n'oubliez pas qu'il existe d'autres moyens d'affûter votre plume comme la bêta lecture. Ne vous forcez pas à écrire des textes qui ne reflètent pas ce que vous avez à dire. Un texte "pour vendre" ça se sent. Et vous pouvez très bien accéder à l'édition sans cela, comme l'ont prouvé un certain nombre d'auteurs arrivés directement avec des premiers romans.


La rédaction de nouvelles dans le but d'accéder à la publication est donc une bonne option, mais ce n'est pas la solution ultime et elle ne doit jamais en venir à dévorer vos autres projets.

C'est en tout cas ce qui a failli m'arriver récemment, alors je fais une pause (et au passage, je passe à un billet tous les deux jours au lieu d'un billet quotidien pour ne pas épuiser non plus ce que j'ai à vous dire) et je me remets à mes neuf projets ^^

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A.C. de Haenne 31/05/2010 15:15


En ce qui concerne mon blog, si tu as des conseils à me prodiguer, tant sur la forme que sur le fond, je suis preneur. Je pense sincèrement que ton expérience pourrait m'être utile. Merci pour ton
message. Si tu y retourne, tu verras que je t'ai fait une réponse plutôt détaillée...

A.C. de Haenne


isa 31/05/2010 17:09



Oh là là, je dois avouer que je ne suis vraiment pas une experte en blog. La seule chose c'est que pour mes yeux usés, le noir en fond c'est un peu fatigant. Mais c'est aussi un style qui plaît
pas mal (un peu les couleurs du forum du Bélial) donc à moins que tes lecteurs ne s'en plaignent, garde une présentation qui te plaît.


Sympa l'idée du lexique ! Va falloir l'alimenter ;)


Je ne sais pas s'il t'arrive de parler de litt gen ou de littérature blanche sur ton blog mais ça peut valoir la peine de les définir (j'ai vu que certains lecteurs ne connaissaient pas ces
termes). Peut-être la différence entre anthologie et recueil que beaucoup de gens confondent (et ça peut aider à orienter ses choix de lecture quand on connaît la différence entre les deux). Voir
une définition sommaire des genres de la SFFF (quitte à mettre juste un lien vers wiki qui les définit) : Fantasy, SF, Fantastique, Gore, Horreur, Cyberpunk, Post-apo, etc... Beaucoup de gens
s'emmêlent les pinceaux là-dedans.



A.C. de Haenne 31/05/2010 12:55


Je repensais à quelque chose à propos de la publication des nouvelles : ne penses-tu pas qu'une nouvelle publiée peut être un argument auprès d'un éditeur afin de publier le roman d'un auteur
inconnu, un peu comme un chercheur d'emploi qui se vend grâce à son CV ?


isa 31/05/2010 14:28



Question qui appelle une réponse complexe et nuancée que je résumerais tout d'abord par oui et non. Non pas comme un CV, oui comme une façon de nouer éventuellement des rapports humains. Je ferai
un billet là-dessus demain ;-)



A.C. de Haenne 30/05/2010 23:11


C'est le jeu du je !
Je ne connais pas le nœud exact du problème, mais parfois la polémique peut faire vendre. Une curiosité attisée peut amener les gens à acheter ton livre pour se faire une idée. Ça fait un effet
buzz !
Bon, j'arrête mes jeux de mots (ou je deux maux ?) pourris et je m'en retourne nourrir mon ogre de blog (je suis super content car aujourd'hui il s'est envolé vers des sommets !)

A.C. de Haenne


isa 31/05/2010 09:31



Tu fais bien de me parler de ton blog. Je ne pense jamais à cliquer sur les signatures des gens qui passent sur le mien pour vérifier s'ils ont un blog (honte sur moi !)


Pour ce qui est de la polémique, oui, ça peut faire buzz. Mais je ne suis pas fan de l'effet buzz (très bruyant et aussi vite oublié). Je préférerais vraiment que les gens essaient de lire ce
livre l'esprit ouvert et de comprendre vraiment ce que j'ai essayé de leur dire... alors que je sais que beaucoup vont essayer de me faire dire ce que je n'ai pas dit. La polémique acharnée
s'accompagne rarement d'une vraie réflexion de fond en ouvrant son esprit et surtout son coeur. Personnellement, c'est plutôt cette seconde option que je viserais (bisounours power quand tu nous
tiens)



A.C. de Haenne 30/05/2010 22:36


Ça te semble si compliqué que ça de prendre un pseudo ? Moi je trouve que ça peut être une protection.

A.C. de Haenne


isa 30/05/2010 22:49



Non, ce n'est pas compliqué du tout. Ce qui est gênant c'est de commencer à se faire "connaître" sous un nom et de passer à un autre. Pour les éditeurs aussi ce n'est pas au top. Même s'il ne
s'agit pas d'avoir la notoriété de Shakespeare on parle à une petite échelle, reprendre à chaque fois du début, ce n'est pas vraiment viable.


Pour cette novella, j'ai hésité. En même temps, c'est un sujet qui me tient à coeur (sinon j'aurais refusé de l'écrire) et donc si je peux vendre quelques exemplaires de plus à des lecteurs parce
qu'ils connaissent mon nom, c'est mieux. Après, il faudra que j'assume la polémique s'il y en a une. Mais c'est la difficulté d'exprimer des opinions et d'essayer de montrer une situation sous un
angle auquel le lecteur n'est pas habitué. On prend le risque de heurter. C'est le "jeu".



A.C. de Haenne 30/05/2010 21:22


Merci pour tes encouragements.
J'ai hâte de voir ce que donne ta plume...

A.C. de Haenne


isa 30/05/2010 22:14



Moi j'ai à la fois hâte et peur de voir la réaction du public. C'est une novella très spéciale et je sais que dans ce milieu on est vite catalogué.


Si je me fais démonter, faudra que je prenne un pseudo :-P



Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?

Archives