Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 20:29

Personne n'aime être malade. On le cache, on essaie de paraître comme tout le monde. Il est une maladie qui nous enferme plus encore dans le mensonge et pourtant, elle est très répandue. Une maladie, une vraie, à laquelle tant de gens réagissent pourtant par un commode "faut te mettre des coups de pied au cul". Alors vient le tabou, celui qui enferme le malade un peu plus profondément dans sa maladie. Jusqu'à une issue parfois fatale.

Il faut un sacré courage pour se confronter à ce titan. Laurent Gidon possède ce courage, et plus encore, il possède le talent d'en parler avec les mots qu'il faut. Je pense que tout le monde aurait à gagner à ouvrir son coeur à ce qu'il nous révèle. Que ce soit parce qu'on est tous susceptibles d'être un jour touché par ce mal et qu'il faut savoir en reconnaître les symptômes. Ou pour aider ceux qui en sont atteints et ont plus que tout besoin qu'on prenne conscience de leur douleur.

Ne ratez pas l'occasion d'entendre ce que beaucoup ne peuvent pas dire : Ça se passe à L'Abri des regards.

Mais vaut mieux commencer par le début qui est

Et pour finir un mot de Bénébar parce qu'il faut connaître Bénabar :

 

Peut-être qu'elle vous fera rire, cette chanson. Moi, elle me donne des frissons à chaque fois.

 

Repost 0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 13:26

2011-05-27-02.JPG

Voilà, j'y étais :)

Et voilà, c'est fini :'(

Trop de retard accumulé pendant ces quatre jours d'absence de la maison pour pouvoir entrer dans les détails mais je voulais tout de même dire à quel point j'avais été impressionnée par cette manifestation à laquelle je me rendais pour la première fois. Je salue bien bas la ville d'Épinal qui aide à la mise en place d'un salon littéraire aussi agréable et surtout qui en laisse l'accès totalement libre et gratuit (pour les visiteurs, s'entend ^^). J'admire aussi le travail des organisateurs qui contribue grandement à l'ambiance du salon. Les quelques conférences et cafés littéraires que j'ai écoutés sur le net (merci ActuSF parce que rivée à mon stand je ne suis pas allée en voir un seul) ont été animés avec courtoisie et respect sur des sujets parfois brûlants (oui, j'ai écouté celui sur le numérique qui, certes, a donné naissance à des propos polémiques et enflammés, mais a été orienté de façon à rester très constructif).

Bref, c'était bien. J'ai été très heureuse de revoir des gens que je connaissais déjà, d'en rencontrer de nouveaux. Très heureuse aussi des quelques rencontres que j'ai fait parmi les lecteurs et d'avoir eu assez de temps pour leur faire des petites dédicaces personnalisées (je ne dis pas qu'elles étaient toutes bien, mais le coeur y était). Un bisou particulier à Nathalie qui a beaucoup parlé de Présumé Coupable. Je suis très contente qu'elle ait eu l'occasion de vendre beaucoup de Contes Myalgiques ; je ne doute pas que ça fera plein de lecteurs heureux.

 

À l'année prochaine :)

Repost 0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 20:46

Nathalie Dau avait présenté ce blog en annonçant "L'oignon fait le blog", les micro-éditeurs avaient prévu de se serrer les coudes dans un blog commun pour partager leurs expériences et leurs anecdotes. J'ai lu tous les articles de ce blog qui était vraiment très sympa. Hélas, la diversité s'est rapidement étiolée et si les billets restaient très intéressants, force était de constater qu'ils étaient toujours l'oeuvre des deux mêmes personnes. L'oignon ayant perdu ses couches, plus de blog. Je le comprends, l'édition étant déjà horriblement chronophage ; mais je le regrette. Je regrette plus encore d'avoir dû remettre le billet que je voulais depuis longtemps faire sur eux.

Puisque les articles restent en ligne, je vous conseille tout de même d'aller y faire un tour. Pour lire tout particulièrement (en tant que jeunes auteurs cherchant à mieux percer les mystères de l'édition) :

L’éditeur est-il indispensable ? parce que cet article expose intelligemment tout ce que j'aurais aimé dire dans le billet que je n'ai jamais fait sur les différents modes d'édition (auto-publication, compte d'auteur, compte d'éditeur...)

Ce que n'est pas un éditeur pour savoir ce qu'on attend de vous en tant qu'auteur et surtout ce qui peut déplaire

Monogame récidiviste où l'on comprend toute l'implication pour l'éditeur aussi dans la parution d'une oeuvre

Pourquoi certains livres sont-ils (beaucoup) plus chers que d’autres ? pour comprendre l'économie du livre

De l’art (difficile) d’être ancien libraire pour comprendre les différents métiers du livre et les enjeux pour chaque acteur.

Chronométrage, le tour d’un livre par étapes parce que c'est bien de savoir comment ça marche

Les retours : la mort du micro-éditeur pour comprendre un fois encore l'économie du livre

Composer une anthologie surtout si vous en lisez ou que vous répondez à des Appel à Textes

Le commercial, c’est sale

Etc... Etc... J'abandonne, trop d'articles intéressants

Sachez tout de même que si ce blog tire sa révérence, Griffe d'Encre prend le relai. Nous y perdrons hélas la diversité de points de vue et de parcours, mais nul doute que les articles de Menolly resteront aussi instructifs qu'ils l'étaient.

 

 

 

 

Repost 0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 19:35

Je fais circuler l'invitation à découvrir la dernière petite bulle d'univers au printemps du livre de Grenoble.

J'avais lu personnellement la petite bulle n°3 et elle était superbe. Alors si vous avez l'occasion d'être dans le coin, ne ratez pas cette sortie.

 

http://a2.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc6/206577_190939420949201_100000994331967_471547_87775_n.jpg

Repost 0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 08:33

Pour ceux qui ont lu et aimé ma dernière interview, je vous signale ce billet de Nathalie Dau sur le blog des micro-éditeurs (je dois vous faire un billet sur le blog à proprement parler... dès que j'ai un peu de temps ^^). Elle y parle de son expérience des métiers du livre. Un témoignage très intéressant.

Comment je suis devenue masochiste éditrice

Repost 0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 09:07

http://7sports.files.wordpress.com/2010/10/faustine-4.jpg?w=440&h=240&crop=1Ils sont sept : Sandrine Bailly, Amélie Cazé, Grégory Gaultier, Ingrid Graziani, Michael Jeremiasz, Julien Loy et Faustine Merret. Vous ne connaissez peut-être même pas leur nom, alors que ce sont de grands champions qui ont fait claquer au vent les couleurs de la France.

Pendant qu'on se lamente sur les cachets mirobolants des joueurs de foot, pour des résultats qui ne sont pas toujours à la hauteur, d'autres sports restent totalement inconnus. Pourtant les valeurs qu'ils véhiculent sont tout aussi fortes, la volonté de ces athlètes tout autant admirable... C'est ainsi qu'on verra certains sportifs courrir nus pour montrer l'absence de sponsors dans certaines disciplines, par exemple... C'est ainsi aussi qu'on pourra voir un livre refusé par de nombreux éditeurs sous prétexte qu'on ne parle que de sports mineurs.

Car c'est de cela que je souhaite vous parler aujourd'hui : un authentique projet littéraire, qui s'inscrit dans la démarche de nous faire plonger dans l'expérience humaine de ces sportifs. Ce projet n'est pas de moi, ni même de quelqu'un que je connaisse personnellement. Le manque de succès de cette initiative m'a simplement rendue amère, parce que ces sportifs ont décidé de se confier en toute sincérité et que... en gros, on s'en fiche parce que ce n'est pas eux qui passent le samedi sur TF1 ou Canal. Après les grandes polémiques autour des résultats du Mondial de foot, peut-être serait-il temps de se rendre compte que, tandis qu'on met sur les joueurs du ballon rond une pression quasi-insupportable, on fait subir à d'autres athlètes une indifférence toute aussi douloureuse.

Je suis hélas la première à m'intéresser plus souvent au foot (masculin) qu'aux autres sports, pour une simple question de médiatisation (j'allume ma radio et j'entends parler de foot). Alors si je peux contribuer au moins un peu à faire connaître le blog 7sports qui donnent enfin la parole à d'autres sportifs au courage inestimable, j'en serais heureuse.

Allez au moins jeter un coup d'oeil, leur témoignage en vaut la peine.

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 11:33

J'avais chroniqué deux de ses livres en ces pages (Jouvence et Piège Vital) aussi voulais-je vous annoncer le départ de cet auteur de SF très prolifique.

Alain le Bussy devait être présent au sommaire d'une anthologie pour enfants chez Argemmios, à paraître pour Noël. J'espère que ce livre pourra sortir malgré tout et faire partager encore un peu de sa magie aux jeunes générations.

Toutes mes pensées vont à ses amis et sa famille.

Repost 0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 12:19

http://www.argemmios.com/decoupage/CoCy.jpgJe vous ai déjà parlé à l'occasion de Cocyclics pour le travail très intéressant qu'ils permettent aux auteurs de faire sur leurs manuscrits. Je voulais juste vous signaler aujourd'hui ce nouveau partenariat entre eux et Griffe d'Encre. Je précise "nouveau" parce que j'avais déjà parlé de celui qui les lie à Argemmios. Ainsi deux éditeurs dont je salue en général le travail et le professionalisme, ont décidé de faire confiance aux grenouilles pour rouvrir leurs soumissions à de jeunes auteurs prêts à affiner au maximum leur oeuvre avant envoi.

Vous pourrez trouver sur cette page les éditeurs qui ont noué un partenariat avec l'association. Vous serez sans doute surpris par leur nombre !

Repost 0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 15:20

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc4/hs613.snc4/59297_1639605713019_1323060758_31729720_5793549_n.jpg

 

Je serai donc à Paris le 25 septembre 2010 pour apporter mon soutien (dans mes maigres moyens...) à la librairie Neverland (pour les raisons invoquées dans le billet ci-dessous).

Pour ceux qui ont souscrit pour la sortie de Présumé Coupable ils peuvent :

- soit venir le chercher sur place avec une semaine d'avance et gagner une rencontre avec l'auteur (quelle chance !). Pensez alors à la préciser pour que nous emmenions votre exemplaire ;

- soit me faire savoir par mail qu'ils souhaient une dédicace pour l'exemplaire qu'on leur enverra à dedicaces.pc@gmail.com*. Pensez à préciser le nom sous lequel vous avez commandé et celui sous lequel je vous connais éventuellement (pseudo de forum, de blog...)

 

*Je précise aux éventuels malintentionnés et aux bots (même si eux s'en moquent) que cette adresse sera valide uniquement jusqu'au 25 septembre.

Repost 0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 08:49

Je rêve de pouvoir venir samedi 25 septembre pour soutenir la librairie Neverland et peut-être cela va-t-il pouvoir se faire... Maintenant que j'ai pris un peu le temps de me renseigner sur l'endroit, je voudrais faire un billet pour les lecteurs de ce blog (oui, vous jeunes auteurs qui rêvez d'accéder à la publication).

Avant-hier, j'ai juste relayé un message sur divers supports, puis j'ai attendu de voir les réactions. Voilà maintenant ce que je peux vous dire sur cette librairie après avoir demandé aux représentants du monde du livre s'ils la connaissaient :

Témoignage de Natalhie Dau (auteur Griffe d'Encre, éditrice d'Argemmios)

Oui, on connaît bien. On y a fait des dédicaces Griffe d'Encre. La librairie est partenaire de la manifestation Books and the city. Et la libraire est très gentille et vraiment passionnée par les livres. Elle est aussi en partenariat avec les écoles... et on sait que dès qu'on travaille avec le service public, on est dans la galère, car il n'y a pas plus mauvais payeur que l'Etat.

Sa librairie est une petite bonbonnière très conviviale où elle offre le thé (des tas de thés variés et dont les noms sont dédiés à des écoles littéraires, comme par exemple le thé des écrivains russes ou le thé des philosophes chinois).

J'y ai acheté souvent des livres et des figurines de fées quand j'habitais dans le 95.

Neverland est à Achères, et faut vraiment qu'elle tienne le coup.

 

Ajoutez à cela le soutien de la librairie Scylla, soutien dont il a été fait témoignage sur le Bélial (cité dans mon billet précédent) et le fait que Magali Duez (éditrice des Éditions Griffe d'Encre), Karim Berrouka (directeur de collection aux mêmes éditions et auteur de plusieurs perles littéraires), Jeanne A Debats (auteur chez Griffe d'Encre d'une novella très primée, d'un recueil récent et de plusieurs romans ailleurs, notamment chez l'Atalante), Nathalie Dau (auteur primé également pour son recueil de nouvelles chez Griffe d'Encre) ainsi que Mélanie Fazi et Jacques Mucchielli  (comme annoncés sur le billet précédent) vont se déplacer pour soutenir la librairie et vous réaliserez que le monde de la petite et moyenne édition semble accorder à ce combat une certaine importance.

 

Pourquoi ?

D'abord parce qu'une faillite est un drame pour quelqu'un qui s'est investi dans sa boîte, et qu'en l'occurrence, elle est parfaitement injustifiée. Une boîte non-viable finira par étouffer. Mais Neverland est viable. Son problème n'est qu'un décalage de trésorerie, ce qui signifie qu'elle doit toucher de l'argent de l'État (plus prompt à réclamer ce qu'on lui doit qu'à donner ce qu'il promet) et que pendant ce temps, la banque l'assomme d'AGIO. Il est très difficile pour une petite boutique de se lancer, dans le monde du livre encore plus, dans celui de l'Imaginaire, n'en parlons pas ! Avec un peu de temps, Neverland peut devenir un endroit de référence, mais il ne faut pas qu'elle soit tuée dans l'oeuf.

 

Pourquoi ? (Oui, je me répète, je sais)

Certains d'entre vous connaissent peut-être les lois du marché du livre, d'autres pas. Si vous voulez vous aventurer plus loin dans le périple éditorial, il est bon que vous en appreniez plus. Le nerf de la guerre dans ce monde n'est autre que la place sur les étagères des libraires. Quand on n'est pas dans le circuit, il est difficile d'imaginer le combat perpétuel que livrent les petites et moyennes boîtes pour gratter quelques emplacements entre deux best-sellers annoncés. Et ça, pour des jeunes auteurs, c'est vital ! Ce sont la plupart du temps les petites boîtes qui ont donné leur chance aux jeunes auteurs et leur ont permis, en accédant au public de vivre parfois leur rêve. Or, les "marchands de livres" ont tout intérêt à mettre en avant les grosses pointures, pour faciliter la gestion des stocks, rentabiliser la place. Pour plus de détails, lire l'article sur Chapitre.com. Heureusement, il existe encore des libraires engagés qui tentent de partager leur passion pour le livre et de faire connaître ce qui les a séduit. Ces libraires qui font du monde du livre un monde plein de magie et pas seulement une usine à fric.

Mais de l'argent il en faut tout de même pour tenir, aussi bien pour ces boutiques que pour les éditeurs à qui elles offrent de la visibilité. Alors si vous rêvez un jour d'écrire un livre où vous livrerez votre âme et pas seulement une daube commerciale issue de vos pérégrinations télévisuelle (dans les piscines ou pas), essayez de redonner un peu de souffle à cette magie.

Quand on est un jeune auteur, on se désole (égoïstement) chaque fois qu'une petite maison d'édition disparaît, alors que, peut-être, elle aurait pu publier notre prose. On envoie son manuscrit à un gros éditeur (allez, appelons-le AM au hasard) pour plus de sûreté et on reçoit son refus dans les dix jours. Pour peu qu'on ait pris la peine de demander le retour dudit manuscrit, on se rend compte que les premières pages sont encore collées, jamais tournées. Pourquoi ? Parce que vous avez eu la naïveté de noter Imaginaire dans votre synopsis, ou poésie ou n'importe quel autre critère de non-sélection immédiat. Ou bien vous n'avez pas le bon âge, vous n'êtes pas assez people, pas assez "bankable"... Et qui peut vous laisser une chance d'atteindre un public, certes plus restreint, mais qui a besoin d'autre chose que de fast-food littéraire ? Le petit ou le moyen éditeur. Et qui est le tout premier maillon de la chaîne entre un auteur et son lecteur ? Le libraire. Celui qui fonctionne au coup de coeur, qui aime son métier, celui qui vous défendra et défendra la ligne particulière des petits éditeurs. Ne comptez pas sur les grandes enseignes pour ça, elles sont là pour le business.

Pour préserver cette chaîne, il faut défendre chaque maillon et pour ça, il faut parfois s'impliquer.


Si vous ne pouvez pas être là (on a tous une vie aussi, je le conçois fort bien), faites passer le mot, parlez-en, expliquez tout ce qui se cache derrière ces enjeux. 

 

Et si cet article ne suffit pas à vous motiver, sachez que l'hôtesse de ces pages virtuelles devrait traverser* la moitié de la France pour être là ce jour-là et qu'elle serait comblée de rencontrer ses fidèles blogueurs :)

 

*Reste un conditionnel, j'attends une réponse pour confirmer définitivement

 

Infos pratiques :

Pour rejoindre Neverland sans voiture, prendre le RER A et descendre à Achères Ville.

Puis prendre le bus 5-St Germain - Poissy - Achères - Conflans gareDe Gare D'Acheres
En direction de Gare De St Germain En Laye Rer A
Jusqu'à Lefebvre (6mn estimation Mappy)

Puis coninuer à pieds (5mn estimation Mappy) sur Avenue Conflans, puis tout droit sur Avenue de Stalingrad.

 

Autre itinéraire pris sur ratp.fr
Ils indiquent qu'il faut prendre le bus 24 Veolia transports Conflans, de Gare d'Achères (gare SNCF, à côté de la gare RER - ça a l'air d'être juste l'autre côté des rails) à Foyer de Jeune (arrêt sur l'avenue de Stalingrad, juste à côté de la libraire)

(Merci à Sand pour cette info)

 

Adresse :

37 avenue de Stalingrad, 78260 Acheres,

(Si quelqu'un a un autre itinéraire, je ferai circuler)

 

*edit*

Hélène Ramdani, ex-éditrice du Navire en Pleine Ville et aujourd'hui directrice de la collection Icares chez Mnemos (collection dans laquelle est sorti Le Roi d'Ébène dont j'ai fait la critique en ces mêmes pages), devrait être là aussi. Source.

 

*edit 2*

Un lien vers le blog de la librairie Neverland. En plus des arguments cités précédemment, j'ai été très touchée par ce témoignage.

Repost 0

Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?

Archives