Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 10:20

CoCybanniereMare.jpg

Depuis le temps que je l'annonçais, voici enfin l'article sur CocyClics. Même si c'est une initiative que je trouve enrichissante et très bien menée, je ne fais pas partie de ce collectif. J'ai moi-même découvert son existence après avoir trouvé d'autres moyens de travailler. Mais j'aurais sans doute apprécié de le connaître trois ans plus tôt, raison pour laquelle je voulais absolument en parler en ces pages.**

Cela dit, j'ai pensé que la meilleure façon de traiter du sujet serait de donner la parole à quelqu'un qui connaît mieux ce collectif que moi. Marie-Catherine Daniel, alias Macada, permanente chez CoCyclics, a eu la gentillesse de répondre à ma demande et de me consacrer de son temps pour répondre à cette interview virtuelle. Vous trouverez ici le blog personnel de cette auteur et sa bibliographie, mais je ne résiste pas à signaler que je l'ai lue dans l'anthologie Les Héritier d'Homère chez Argemmios, et que j'ai véritablement adoré sa plume.

 

Note :

Les éditions Argemmios ont établi un partenariat avec le collectif CoCyclics dans le but d'encourager les auteurs à améliorer au maximum leur manuscrit avant de le soumettre. Quelques mots là-dessus sur le forum de l'éditeur.

 


Comment est née l’idée de CoCyclics ?

Syven est à l’origine de CoCyclics. Le constat qu’elle a fait est le suivant : beaucoup d’éditeurs se plaignent de recevoir des manuscrits pleins de fautes, ou qui demandent un trop gros travail de révision pour qu’ils puissent s’en charger ; d’un autre côté, beaucoup d’auteurs ont trop « le nez dans le guidon » pour être capable d’objectivité sur leur manuscrit.

L’idée fondamentale de CoCyclics est d’aider les auteurs à améliorer leurs textes quand ils ne sont plus aptes à le faire seuls. L’aide consiste à pointer dans le manuscrit ce qu’un lecteur y trouve de bien, ce qu’il ne comprend pas, ce qui lui semble bizarre,...etc

A partir de là, Syven a élaboré le concept de CoCyclics, a constitué un petit groupe de travail, issu de ses rencontres dans la communauté SFFF du Net. Ils ont monté le forum de la Mare aux Nénuphars fin 2006.

 

Peux-tu nous expliquer le principe de CoCyclics ?

En une phrase : « Bêta-lis, CoCyclics te bêta-lira ! »

CoCyclics est basé sur l’échange de bêta-lectures de textes de l’Imaginaire. Pourquoi l’échange et pas le don ? Parce que bêta-lire prend beaucoup de temps. Il est donc difficile d’accepter un tel service sans se sentir redevable. Bêta-lire à son tour égalise leCoCycartevisite.jpgs rapports bêta-lecteurs/auteurs. Sous un autre angle : les profiteurs ne sont pas les bienvenus et un auteur qui bêta-lit sait qu’il bénéficiera à son tour de bêta-lectures.

A noter que, de plus, analyser les écrits des autres apporte énormément à sa propre écriture : sur le texte d’un autre, on a le recul nécessaire pour comprendre ce qui nous plaît, ce qui nous gêne ; on peut mieux voir ensuite si nos propres textes montrent des qualités ou des travers similaires. Bêta-lire, c’est aussi s’aider soi-même à écrire.


Carte de visite de CoCyclics, illustration : Alexandre Dainche*

 

 

Pourquoi vous limiter aux genres de l’Imaginaire ?

Les fondateurs de CoCyclics sont des passionnés des littératures de l’Imaginaire et ont tout naturellement fixé ce cadre en créant la Mare. Par la suite, la question s’est posée d’élargir aux autres genres littéraires, mais nous estimons que l’intérêt commun porté à la SFFF par toutes les « grenouilles » participe beaucoup à l’atmosphère communautaire et solidaire de la Mare. Si nous ouvrions celle-ci aux auteurs de « blanche », beaucoup plus nombreux et dont peu apprécient la SFFF, nous perdrions cette « cristallisation » autorisée par des bases de lectures communes.

En revanche, le concept CoCyclics est sous Licence Creative Common. Nous serions très fiers que d’autres communautés de bêta-lecteurs/auteurs l’utilisent. D’ailleurs une « Mare aux scénarios » l’a déjà adopté.

Quant aux auteurs de la Mare qui, comme moi, écrivent aussi des textes « blancs », ils ont la possibilité de faire appel dans le forum à des bonnes volontés pour des bêta-lectures hors CoCyclics.

 

Je pense que la question de l’éventuel plagiat inquiète pas mal de jeunes auteurs, peux-tu les rassurer sur ce point ? Quand un auteur confie un texte à CoCyclics, y a-t-il beaucoup de gens qui peuvent le lire ? Est-il rendu public ?

Tiens, peut-être une raison de plus de se cantonner à la communauté SFFF ;-). Imaginez qu’un plagiaire essaie de publier une nouvelle bêta-lue dans la Mare. D’une part, il y a un gros risque qu’un même Comité de Lecture se retrouve avec deux auteurs pour un même texte, et dans ce cas l’affaire aboutira très vite dans la Mare où les témoins du véritable auteur seront nombreux... D’autre part, les « grenouilles » de la Mare sont de grands lecteurs de tout ce qui sort en SFFF, il y a là aussi un gros risque qu’au moins un des bêta-lecteurs reconnaisse le texte et s’étonne du nom de l’auteur...  Bref, il faudrait être complètement idiot pour plagier un auteur de la Mare et se faire « brûler » dans toute la communauté SFFF.

Au niveau pratique, le forum de travail des nouvelles n’est pas public, il faut en demander l’accès aux permanents. Le forum de travail des synopsis est soumis à candidature dont l’un des critères est d’être actif dans la Mare depuis plusieurs semaines. Le forum de travail des romans complets n’est accessible qu’après avoir été admis comme membre à part entière du Collectif CoCyclics.

 

 

Combien d’avis peut-on espérer en moyenne sur une nouvelle ? Sur un roman ?

Pour une nouvelle, on peut compter un minimum de 3 à 5 bêta-lectures détaillées pour la première version d’un texte. La même chose si l’auteur soumet sa version 2. Et cela peut continuer ainsi pendant des pages et des pages de fil. En fait, c’est très généralement l’auteur (ou la date limite d’un Appel à Texte) qui met un terme aux bêta-lectures.

Pour les romans, il y a un cycle de relectures en 4 phases :

• En premier lieu, 2 alpha-lecteurs sont chargés de travailler ensemble sur le manuscrit pour en analyser les structures de fond, les fils directeurs, les aspects problématiques ou à préserver du roman, le style général.

• A partir de là, l’auteur met au point un plan des remaniements qu’il désire exécuter, puis révise son manuscrit en fonction.

• Ensuite, en phase III, 2 ou 3 bêta-lecteurs s’occupent de commenter en détail la nouvelle version.

• Puis de nouveau, c’est à l’auteur de prendre en compte ou non les remarques et ressentis qui lui ont été fournis.

 

 

En dehors de la bêta-lecture, est-ce que CoCyclics apporte d’autres services aux auteurs débutants ?

Débutants ou non, les auteurs débattent dans la Mare de techniques d’écritures (celles de Lavandier sont très en vogue actuellement), de points de grammaire ou de typographie. Il y a aussi un atelier d’écriture qui propose d’écrire de courts textes selon des consignes élaborées pour mettre en pratique certaines techniques.

C’est aussi un bon endroit pour crédibiliser ses histoires en obtenant des informations et des explications scientifiques, historiques, géopolitiques,... En effet, les grenouilles viennent de tous horizons et proposent un panel très large de compétences et spécialités.

Le « Challenge premier jet » mis en place en 2009 et reconduit en 2010 consiste à se défier soi-même de terminer un premier jet de roman avant la fin de l’année. Y participer permet de parler de son projet et de se faire « coacher » pour réussir à atteindre son objectif. Ça marche très fort.

Plus généralement, il y a plein de discussions ouvertes autour de l’écriture, de ses joies et de ses difficultés, de l’édition, de la lecture...

 

 

Quelle est l’ambiance sur CoCyclics ? Je pense que beaucoup de jeunes auteurs doivent imaginer qu’il y a une forte concurrence et qu’on en profite parfois pour « casser » les textes des autres, qu’en est-il en fait ?

L’ambiance de la Mare aux Nénuphars est basée sur la solidarité, le respect et la confiance. On peut débattre mais pas polémiquer. On peut critiquer mais ni se moquer, ni utiliser un ton péremptoire. Toutes les grenouilles accro à CoCy - et elles sont nombreuses - ont conscience de la sensibilité exacerbée qu’un auteur peut développer envers ses textes et ses méthodes d’écriture. Le mot d’ordre (et de modération) constant est de s’exprimer courtoisement et de ne dénigrer personne, même par inadvertance ou en croyant parler au second degré. Il est déjà difficile quand on n’est pas habitué à la bêta-lecture d’accepter et de digérer que son texte n’est peut-être pas aussi génial qu’on le croyait, sans qu’en plus on vous le dise méchamment.

L’objectif est d’aider tous les auteurs à progresser. Il n’est pas question de nous comparer entre nous, ni de nous mettre en concurrence, ça c’est le boulot des Comités de Lecture.

Les rares inscrits qui ne se mettent pas au diapason de la solidarité et du respect dû à chacun  ne restent pas longtemps.

 CoCysalonthe27mars2010.jpg

CoCyclics au salon du livre de Paris (Mars 2010)*


Quelques chiffres sur la réussite des auteurs parrainés par CoCyclics ?

Qu’entends-tu par « auteurs parrainés par CoCy » ? S’il s’agit des auteurs dont un roman a été accepté dans le cycle de bêta-lectures CoCy, il y a actuellement 12 manuscrits en révision. Outre ceux-ci, 4 auteurs ont abandonné en cours de route, 5 ont terminé et sont estampillés « CoCyclics ». Sur ces 5 estampilles, 4 auteurs ont un objectif d’édition et 3 ont trouvé un éditeur (hélas, l’un des éditeurs vient de faire faillite et le roman est de nouveau en recherche).

Au niveau des nouvelles, plus de 60 nouvelles bêta-lues dans la Mare ont été sélectionnées pour publication. Il est devenu difficile de ne pas trouver au moins une grenouille dans chaque numéro des webzines ou fanzines et dans chaque anthologie à AT public

 

 

Est-ce que vous vous rejoignez dans les salons littéraires ? Y a-t-il une ambiance particulière CoCy qui permettent de se sentir un peu moins perdu dans ce vaste monde de l’édition ?

Je dirais que, puisque CoCy n’a aucune vocation éditoriale, il n’appartient pas au monde de l’édition mais au monde des auteurs et bêta-lecteurs qui désirent progresser dans leur écriture (et pas forcément éditer). Ceci dit, il est vrai que beaucoup de grenouilles ont un objectif d’édition et CoCy mène des actions pour les aider : une « Lettre aux éditeurs » qui informe ces derniers des romans « estampillés » CoCyclics, des rencontres lors des événements littéraires, l’établissement de partenariats, un projet en cours de catalogue d’éditeurs francophones de SFFF.

Parallèlement, il y a de plus en plus de rassemblements IRL de grenouilles. Les grands must de 2009 étaient le pique-nique aux Imaginales et le week-end de la Convention CoCyclics dans un gîte picard. Mais il y a aussi pas mal de rendez-vous à l’occasion d’événements littéraires et des rencontres entre grenouilles un peu partout. Personnellement, j’habite la Réunion mais j’y ai déjà rencontré trois comparses venus en vacances et quand je vais en métropole, il y a toujours une bière ou deux qui m’attendent quelque part.

CoCySalonParis2008.jpg

 Pique-Nique des "grenouilles" dans un coin du Salon du livre de Paris (2008)*

 

À titre personnel, qu’est-ce qui t’a amenée dans CoCyclics ? Qu’est-ce que tu retires de cette expérience ?

J’ai décidé d’écrire sérieusement il y a un peu plus de trois ans et il est vite devenu évident que mon apprentissage passe par l’obtention de retours critiques sur mes textes. Le Net est quasiment mon seul lien avec le monde de l’écriture et c’est tout naturellement là que j’ai cherché des relecteurs. Il y a beaucoup d’endroits où l’on peut poster un texte pour avis, mais je n’en ai découvert aucun comparable à ce que propose la Mare. Être bêta-lue m’a fait énormément progresser et j’ai vite compris que bêta-lire permettait des progrès tout aussi importants. Je me suis de plus en plus investie dans la Mare et de fil en aiguille je suis devenue permanente.

 

 

Un mot pour finir ?

Ce qui se passe dans la Mare me fait souvent penser à l’effervescence émulatrice du Quartier Latin dans les années 50-60 du XXème siècle.

 

CoCyclics, le forum

Tintamarre, la gazette de CoCyclics

Site de CoCyclics (actuellement en cours de refonte)


*Photos fournies par Marie-Catherine Daniel, permanente chez CoCyclics. Si certaines personnes représentées ou l'illustrateur de cette bannière souhaitent leur retrait de ce blog, qu'ils n'hésitent pas à me contacter.

 

** Edit : Je me suis faite prendre à mon propre article .

Je voulais montrer aux auteurs qui lisent ces pages ce que le collectif peut apporter et je me suis laissée convaincre moi-même. Vous me trouverez donc à barboter dans la mare sous peu. Peut-être pas pour y mettre mes textes, mais au moins pour donner mon avis de temps en temps (parce que je pense sincèrement que ça apporte beaucoup de corriger et  aussi parce que ça me ferait plaisir d'aider d'autres auteurs à se faire publier)

Partager cet article

Repost 0
Published by isa - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires

Blackwatch 03/04/2010 13:29


Très chouette interview, merci de ce coup de projecteur !


isa 03/04/2010 13:43



Pour être allée dans la mare, je peux assurer que c'est mérité.



ayaquina 01/04/2010 20:36


Salut Isa! On s'est déjà rencontrées dans la mare sur un petit problème de correction. Ton article est vraiment sympa et Macada est une ambassadrice parfaite de notre mare. Pour ma part, je suis
une cocyclic's addicted: pas d'écriture possible sans les grenouilles pour me rassurer. Mais c'est surtout un univers rempli de talents avec qui on a plaisir à échanger. A bientôt!


Celia 30/03/2010 17:23


Merci pour la publicité :)
A notre auteur qui part dans tous les sens, nombreuses sont les grenouilles qui n'écrivent pas de Fantasy, ou pas que. Il y a aussi du thriller fantastique, de la parodie (fantastique aussi) de la
SF de tout niveau, bref, il y a le choix !


Cédric 30/03/2010 16:15


Merci pour cet article ! :)

L'interview est très bien menée et très agréable à lire :)

Bonne continuation.


isa 30/03/2010 23:01



Merci pour les encouragements !



Garulfo 30/03/2010 13:45


Bonjour,

merci pour cette belle publicité !

Garulfo


isa 30/03/2010 14:41


Pas de pub ici, rien que de la sincérité ;)
J'espère permettre à quelques jeunes auteurs de trouver un cadre dans lequel ils s'épanouiront. Comme CoCyclics a cette vocation également, c'est normal que nous nous retrouvions sur la même voie
:)


Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?

Archives