Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 08:43
Je voulais écrire cet article hier en réaction à Twitter qui s'invitait au conseil des ministres. Puis je me suis appliqué la question que je voulais poser à la presse, à savoir : cet article aura-t-il moins d'intérêt demain ? La réponse étant clairement non, je me suis consacrée à mes travaux d'écriture pour laisser tout ça mûrir dans un coin de ma tête. Le résultat de mes réflexions n'a pas changé, cela dit ; mais ça m'a permis de faire autre chose de ma journée.
Je reviens donc à cette information hier sur la taxe carbone. En dehors du fait qu'on passe son temps à inhumer et exhumer cette pauvre taxe, c'est autre chose qui m'a frappée. L'information a filtré alors même que le conseil des ministres avait lieu et pourquoi ? Parce que les ministres utilisaient leur portable pour relayer cette info sur leur blog et leur compte Twitter. Et je vous avoue qu'en entendant ça, j'ai été consternée. Alors vous me direz peut-être que les ministres informent les Français ce qui fait partie de leur travail. Mais l'information aurait-elle eu moins d'importance deux heures après ? Quel intérêt de la donner avant la fin des discussions ?  Pourquoi ne pas attendre que le premier ministre ait donné tous ses arguments et qu'un éventuel débat ait eu lieu ? Je ne sais pas précisément comment fonctionne un conseil des ministres : la chose était-elle déjà entendue ou bien y avait-il matière à discussions et négociations ? Dans tous les cas, la concentration et le sérieux nécessaire à ce genre de réunions ne me paraît pas compatible avec le fait de Twitter, de tchatter ou de blogguer.

Depuis quelques temps les boulettes médiatiques se multiplient : utilisation d''images qui ne correspondent pas à un fait parce qu'elles ont été trouvées sur le net, relai d'informations qui n'étaient que des rumeurs (comme la mort de Pascal Sevran annoncée alors qu'il était toujours en vie), etc... La presse se plaint que la gratuité lui ôte le pain de la bouche, elle accuse Internet mais fait preuve d'aussi peu de fiabilité dans les infos qu'elle relaie. On annonce la mort de la presse à cause du net, mais n'est-ce pas la presse elle-même qui nourrit la graine de sa destruction depuis longtemps ? Pour moi, cette graine s'appelle le scoop. Depuis des années, c'est lui qui nourrit la presse bien plus que le grand reportage. On a habitué le "consommateur" à vouloir de l'immédiat plutôt que du recul ou de la qualité, mettant en avant le premier à avoir eu l'info plutôt que celui qui l'avait donnée ou analysée avec le plus de précision. Peut-on s'étonner maintenant que tout à chacun se targue de faire des "articles" sans avoir la moindre formation de journaliste ? Peut-on se plaindre que la presse elle-même relaie les informations trop vite pour les vérifier convenablement ?
Oui, on peut. En tout cas, moi, je le fais. Il serait peut-être temps de se remettre sérieusement en question. Aussi bien nous, consommateurs d'infos que ceux qui nous en donnent... Et aussi nos ministres qui participent à ce semblant de démocratie. Non, donner de l'info à tour de bras sans analyse, sans recul, sans réflexion et sans aucune fiabilité, ce n'est pas aider le citoyen à se tenir au courant de ce qui se passe. Cela participe juste à ce phénomène du "un fait divers = une loi", cela induit cette démocratie d'opinion qui fait vite au lieu de faire bien, simplement parce qu'aujourd'hui tout le monde a été sensibilisé à ceci et qu'il faut y réagir immédiatement. Cela fait des hommes brisés par la presse avant même d'avoir été jugés coupables ou non... De l'immédiat, du baclé, du sensationnel...
La presse se demande comment contrer le pouvoir d'Internet : et si on parlait de travail ? D'un travail dont les internautes ne sont pas capables, qui donnerait une vraie valeur ajoutée à un journal et justifierait de son coût ? Non pas que je prétende que les journalistes ne font rien. Je pense qu'aujourd'hui la majorité de leur travail consiste à guetter la moindre info (ou intox) postée sur le net, à pister des socialistes et des écolos pour découvrir leur lieu de réunion d'entre deux tours (c'est super important ça pour la vie démocratique de savoir où ils se sont réunis, à quelle heure et si la moquette était rose ou verte !), à foncer sur leur portable pour relayer l'info en premier... Et au jeu de la vitesse, ils ne battront pas le net, et surtout personne ne paiera pour ça. Par contre, si nos journalistes récoltaient ces infos, prenaient le temps de les vérifier, des les analyser, de les comparer à des précédents historiques... ce serait un vrai boulot d'investigation.
Et le pire, c'est qu'ils le font ! Il y a encore d'excellents journalistes qui font leur travail avec zèle, qui sont capables d'analyses bien plus pointues que je ne le serai jamais, notamment parce qu'ils ont les outils, les méthodes de travail, les archives, la culture nécessaires... Ces journalistes font du bon travail, un travail qui devrait permettre au citoyen de faire son devoir en toute connaissance. Mais quel journal les met réellement en avant ? Il y en a, mais ils sont peu et ils sont bien souvent d'un parti pris qui me les rend insupportables.

Et à relire ce billet, je me demande si je ne vais pas passer pour une vieille incapable de se conformer au mode de pensée actuel. Un système où les programmes de PC sont toujours plus performants et plantent toujours autant ; où tout consiste à nous faire vivre nos vies plus vite, mais pour aller où ? Où les blogs les forums et les réseaux sociaux nous permettent de communiquer plus rapidement et avec plus de gens, mais pour combien de relations vraiment profondes ?
Oui, je dois être une vieille. Parfois, j'ai juste envie de m'assoir sur un banc au milieu de toute cette frénésie pour m'arrêter et prendre le temps de ressentir le monde.
  J'espère qu'il y a encore quelques personnes comme moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by isa - dans (a)politique
commenter cet article

commentaires

Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?

Archives