Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 08:26
Prochains articles à venir :
L'auteur doit-il devenir un VRP ?
Le débat sur les forums (et affiliés) peut-il être constructif ?


Bon, après trois jours de blogging intensif, tirons un premier bilan.
Comme certains le savent peut-être, l'interface blog est un truc auquel j'ai toujours été assez allergique. Cela repose pour moi sur certains principes qui me hérissent le poil.

Le premier et le pire selon moi : donner l'impression aux gens qu'ils n'existent que s'ils se mettent en scène et ouvrent portes et fenêtres pour inviter la terre entière dans leur intimité. On se vend, on s'affiche. Pour attirer le chaland, il faut parler de sa dernière prouesse sexuelle, de ses problèmes conjugaux, de ses souffrances intimes. J'ai tendance à penser (mais cela n'engage que moi) que tout cet étalage rend les émotions moins authentiques. Tout devient de l'ordre du paraître ; à force de s'étaler, on s'étiole.


Le second risque découle de ce premier : Sur le net, tout le monde nous aime, tout le monde nous envoie un gros smiley bourré de coeurs au moindre chouinement ou au moindre ongle cassé. On a tôt fait de se dire qu'on a plein d'amis, que les autres, là dehors, ceux qui sont toujours pressés, parfois hargneux, jamais assez attentifs... Ceux-là sont beaucoup moins bien que nos copains du net qui sont tellement à notre écoute. Sauf qu'un smiley en forme de coeur qui vous envoie deux mille bisous à la minute, ça ne demande qu'un clic et ça peut être aussi "authentique" qu'une émission de télé réalité. Si vous parlez deux heures à quelqu'un, vous vous rendrez vite compte si vous le gonflez. Si vous tapez un post de deux pages sur vos malheurs, vous ne saurez jamais si celui qui vous met son gros smiley baveux d'amour vous a vraiment lu où s'il a vu les quelques mots clé témoins de votre souffrance qui ont déclenché le réflexe "smiley coeur."
Bon, là-dedans, il faut admettre qu'il n'y a pas que du mauvais. C'est une arme à double tranchant. Cela peut être salutaire pour des ados qui souffrent d'isolement, pour parler anorexie, mal-être, problèmes scolaires. Sans doute trouveront-ils une écoute qu'ils n'ont pas ailleurs. Ça leur permet surtout de mettre en mots des sentiments qu'ils cacheraient pudiquement à un âge difficile et ça peut les aider aussi à aller vers les gens s'ils tendent à la timidité.
Mais dans le prolongement, ils peuvent vite devenir accros à ce rapport social sans risques (ou du moins le croient-ils). Là, l'investissement affectif de chacun n'est pas toujours le même. Quand on s'attache maladivement à quelqu'un qui vous lit d'un oeil distrait et vous répond en automatique, viendra un moment où on risque de tomber de haut et ce jour-là on regrettera sans doute d'avoir limité ses rapports sociaux à ce type de relations.
Car comme toujours, le risque réside dans l'exclusivité. Pour un ado, la confrontation à l'autre est douloureuse, blessante, c'est une véritable épreuve. Mais certaines épreuves sont indispensables à la constitution d'un individu solide. Se trouver une échappatoire est tout sauf salutaire.
Et ce qui vaut pour l'ado vaut aussi pour le trentenaire nostalgique qui va passer ses journées en quête de ses ex copains de classe pour faire revivre le temps passé et qui risque d'y fuir un peu sa vie présente banale et terne. Rien de grave tant que c'est anecdotique (on a tous besoin d'évasion), quand il en vient à détester sa vie réelle parce qu'il s'y trouve vieux alors que sa vie virtuelle le renvoie à ce passé perdu, c'est nettement plus destructeur.
Et puis surtout, il y a le temps.

Le vice suivant et il n'est pas des moindres, c'est le côté chronophage de cette activité. Bon, l'ordinateur (et le net en particulier) est chronophage. Jeux on line, forums, réseaux sociaux... Mais le blog (et affilié) a cela de particulier que c'est vraiment un endroit où on se raconte et où on garde souvent le nez collé à son nombril. Une tendance déjà bien présente chez l'être humain. Je ne sais pas s'il est  souhaitable de l'accentuer. Pour couronner le tout, nos fournisseurs font tout pour nous rendre accros. Histoire de tirer sur la corde sensible des petits soldats habitués à la notation et au score que nous sommes, on nous fournit même un indice de 1 à 100, un top des blogs, tout ce qu'il faut pour nous encourager à aller appâter le chaland pour gagner en "popularité" et donc tomber dans les vices précédents : c'est-à-dire se sentir exister par un tissu de relations qui se résument en fait à une certaine forme d'exhibitionnisme.



Et pourtant, le blog n'a pas que des vices (la preuve, j'en ai fait un).
Il a tout d'abord un aspect pratique qui sera différent pour chacun. Pour moi, il s'agit ni plus ni moins que d'informer d'éventuels lecteurs de mes futures parutions. J'ai découvert que dans le milieu de la petite édition il n'était pas toujours facile d'être suivie par les lecteurs alors qu'on passe d'une maison d'édition à une autre ; ce qui est pourtant une nécessité au vu des rythmes de parution dans ce milieu. Si vous répondez à des appels à textes pour paraître dans des anthologies par exemple, vous ne risquez pas de vous limiter à ceux d'une seule maison, à moins d'écrire très peu. Et même au-delà, à moins d'écrire un seul livre par an, vous risquez de produire plus que ce qu'une seule maison peut éditer.
J'ai donc souhaité faire une page que je pourrais mettre sur mes biographies et tenir à jour régulièrement dans l'éventualité (assez faible, honnêtement) que des lecteurs accrochent suffisamment à mon style sur une nouvelle pour se donner la peine de me rechercher. Je dis bien "assez faible" parce que le lecteur est souvent un peu flemmard. A moins qu'il ne tombe littéralement amoureux d'une plume, il prendra souvent ce qu'on lui sert dans les anthos et les livres dont les pubs l'auront accroché. Et pour le moment, je ne suis pas sûre d'être à un niveau qui justifierait qu'on tombe amoureux de ma plume (quoi qu'une éditrice soit visiblement dans ce cas et je l'en remercie).
Cet aspect pratique pourra revêtir d'autres formes : blog de politique, blog d'actualité, etc... Les blogs de Maître Mo et de Maître Eolas sont la preuve virtuelle (puisque je ne peux guère dire vivante) que le blog peut être un excellent moyen de communiquer des idées et de faire réfléchir. Mais des blogs de cette qualité sont rares et je ne prétends pas pouvoir y prétendre. 

A titre personnel, le blog a une autre vertu pour moi (et peut-être ne suis-je pas la seule). Me trouvant relativement isolée pour des raisons de déménagement et de vie de famille difficilement compatible avec de nouvelles rencontres, j'éprouve un besoin important de discuter avec des gens... comment dirais-je ? Des gens avec qui je puisse avoir des discussions constructives et intéressantes, autre que celles qui occupent ma communauté tropézienne. Ce désir se traduit souvent par des posts longs et sans doute gonflants sur des forums où les gens n'ont pas forcément envie d'être envahis de la sorte. Ici, je suis chez moi et peut-être puis-je en profiter pour déverser un peu tout ce besoin d'expression sans noyer mon mari ou mes contacts virtuels.
Peut-être... C'est pas dit que ça marche. Parce que le vice dans ce procédé c'est que je n'ai pas beaucoup de réponses. Je suis lue (peut-être, si j'en crois mes statistiques en tout cas, mais elles révèlent le nombre de passages pas de lectures réelles) mais personne n'est là pour me répondre et approfondir le débat. Pas de nuance apportée non plus.

Puis voilà, j'avais plein d'autres choses en tête mais je me perds dans des détails et vous dire l'essentiel me prendrait alors encore des heures...
Un des vices du blog, en somme.


Je garderai deux points essentiels pour faire les deux articles annoncés en tête de l'article ^^


Et puis tout ça ne m'a pas empêchée de finir le premier jet de mon roman. L'essentiel est sauf :) 

Partager cet article

Repost 0
Published by isa - dans Internet
commenter cet article

commentaires

ClaudeL 13/03/2010 11:55


Il est vrai que j'ai oublié le décalage horaire, chez nous, le soleil n'est pas encore levé alors il est rare que j'obtiens un commentaire à cette heure!
Écrivez ce qu'il vous plaît, je lirai ce qui m'intéresse! Jusqu'à maintenant, vous êtes dans ma palette, si je puis dire.


ClaudeL 13/03/2010 11:37


Venue par Google blogs,j'ai presque tout lu vos billets. Pourquoi vous n'avez pas le "gadget" devenir membre, je m'abonnerais, d'autres aussi,je vous aurais sur ma liste de blogues (au Québec, on
enmploie plutôt blogues que blog, permettez?) à lire. Ça vous apporterait plus de ces lecteurs dont vous dites qu'ils sont rares. Je pense.

Bon je continue, très intéressante, je le répète.


isa 13/03/2010 11:43


Merci beaucoup :)
C'est très agréable de lire ce genre d'encouragements. Pour le gadget "devenir membre" en fait, je n'y ai pas pensé (je débute dans la blogosphère). Et merci aussi pour la précision blog/blogue. Je
trouve les particularités québécoises très intéressantes. Et souvent leurs mots sont plus français que les nôtres.
Au plaisir de vous revoir en ces pages et n'hésitez pas à me dire s'il y a des sujets qui vous intéressent plus que d'autres ;)


Magali 07/03/2010 12:56


Smileys coeur....

(j'ai bon?)

n'empêche que normalement je devrais être en train de bosser et à la place je lis ton blog :p


isa 07/03/2010 14:18


lol
Nouveau vice à noter : Empêche Magali de bosser XD


Don Lo 03/03/2010 15:10


Bravo pour le premier jet. Y a plus qu'à laisser reposer et faire lire.


isa 03/03/2010 15:15


Hou là, je suis loin d'en être là !
Là, c'est vraiment le tout tout premier jet, faut déjà moi que je le relise bien, que je le dégrossisse un coup. Après seulement repos, rerelecture et passage par des relecteurs. 


Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?