Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 09:43

http://www.mnemos.com/JOOMLA2/images/couvertures/Dutrait/roiebene-bd.jpgPuisque je vous ai précédemment conseillé de lire des premiers romans, il fallait bien qu’un jour je vous donne mon avis sur la sortie de l’un d’entre eux. Comme je l’ai déjà souligné, Mnémos laisse régulièrement sa chance aux jeunes auteurs et leur offre ainsi une diffusion que la plupart des petits éditeurs ne peuvent leur accorder.

 

Un mot donc pour commencer sur la qualité de cet éditeur dont j’ai acheté peu d’ouvrages jusqu’ici.

Question de goût personnel, mais je n’ai pas vraiment apprécié la présentation qui consiste à mettre en majuscules les premiers mots de chaque chapitre. Amatrice de sobriété, j’y trouve un petit quelque chose de surjoué, comme un film qui se sentirait obligé de faire un gros roulement de tambour à chaque changement de décor. J’ai aussi un faible pour les guillemets (ou au moins les parenthèses) pour séparer les incises dans les dialogues, mais là aussi, on reste de l’ordre de l’anecdotique. Ce qui l’est beaucoup moins, hélas, ce sont les coquilles qui parsèment l’ouvrage. Je le déplore d’autant plus que Mnémos, justement, joue la carte de la nouveauté et qu’il faut une bonne équipe pour mettre en valeur la prose d’un premier roman. Je ne doute pas que cet éditeur reçoive sur son bureau un nombre conséquent d’ouvrages et que cela lui permet une sélection d’autant plus appréciable en ce qui concerne le style de l’auteur. Hélas, ce style n’est pas mis en valeur par ces nombreuses fautes d’inattention. Fautes que tout auteur fait et ne peut trouver à la relecture tant il connaît son livre par cœur mais qu’une bonne équipe de correcteurs ne devraient guère laisser passer. Mnémos a, hélas, une réputation déjà faite en la matière et je déplore que l’arrivée d’Hélène Ramdani aux manettes de ce livre n’ait pas suffi à arranger cette situation. Espérons qu’elle retrouvera une organisation qui lui permette de faire le bon boulot pour lequel elle est connue. J’ai cru comprendre que l’équipe de Mnémos avait changé récemment, laissons leur un peu de temps pour marquer leur nouvelle empreinte.

Cela dit, le travail éditorial ne présente pas que de mauvaises surprises. La couverture est magnifique. Déjà accrocheuse pour le regard, elle se révèle en plus parfaitement en adéquation avec l’histoire et son ambiance. La présentation est soignée, agréable, le quatrième de couverture accrocheur. Un tout petit bémol pour la biographie en petit et en rouge sur fond brun ce qui ne la rend pas très lisible. Cela dit, si vous êtes comme moi, la biographie, ce n’est vraiment pas ce qui vous fait acheter un livre.

 

Maintenant que j’ai retourné dans tous les sens l’objet-livre, trêve de suspense. Et le texte dans tout ça ?

Il faut savoir qu’à l’origine, je ne suis pas une grande amatrice de Fantasy, de ce fait, j’aurais du mal à donner un avis qui parle aux puristes du genre. J’ai toujours du mal à accrocher au « style » propre à la Fantasy : les nombreux verbes de dialogue (fulmina-t-il, geignit-elle, abandonna-t-il dans un soupir, ragea-t-il, etc…), les prophéties, les explications du monde… Je dois reconnaître que Christine Cardot nous épargne une bonne part de ce qui me déplaît en temps normal.  Les explications bien que présentes sont glissées dans l’histoire de façon fluide et généralement plaisante, les verbes s’ils sont un peu trop nombreux à mon goût ne donnent tout de même pas un côté trop théâtral aux dialogues et surtout les prophéties ne sont pas légion. On est là plutôt dans le registre de l’intrigue, mâtinée de visions et d’interprétations. Si elle ne paraît pas évidente, la différence est nette pour moi. Rien de programmé dans cette histoire, on y plonge, on avance, on espère deviner ce qui va se produire et trois fois sur quatre, on est surpris (et encore ! Parce que je suis assez douée à ce jeu-là !) L’auteur nous amène sur des chemins que l’on craint trop classiques (au niveau des relations sentimentales, par exemple) et pourtant, elle parvient à ne jamais aller là où on l’attend. Résultat : j’ai dévoré le livre ! (Au sens figuré, s’entend.)

Et surtout, il y a LE poème. À lui seul, il justifie selon moi, la lecture des quelques 230 pages, même si celles-ci avaient été catastrophiques (et c’est loin d’être le cas). Ce poème qui ne peut que parler à chacun et dont la force est encore plus grande prise dans le contexte de l’histoire.

Il ne faut pas omettre de dire un mot sur la richesse de l’univers et son originalité. Là encore, en tant que non-lectrice de Fantasy, je ne suis pas forcément la meilleure juge pour en parler, mais ce monde m’a paru très original et la symbolique des visions très bien pensée. L’auteur a cherché à trouver des symboles qui nous parlent, tout en restant dans son cadre africain. Pari réussi en ce qui me concerne, même si ce n’est pas ce sur quoi je suis le plus regardante dans un roman.

Ce qui me parle avant tout, ce sont l’intrigue et les personnages. Pas de déceptions de ce côté-là. Le livre ouvre un nombre de portes incalculables et pose des questions sans fin. Certaines trouvent leur réponse en ces pages (beaucoup que j’ai dû rater et c’est avec plaisir que je relirai pour récolter les indices judicieusement semés – preuve s’il en fallait de la qualité de l’ouvrage), d’autres qui j’espère, sont à venir. Je n’ai pas remarqué qu’un tome 2 soit annoncé par l’éditeur pour le moment, mais je peux vous dire que je l’attends avec hâte, en espérant qu’il sera de la qualité du premier (les coquilles en moins ^^).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Prioul Serge 26/08/2010 22:15


Ah oui, au fait... je suis rentré depuis plusieurs jours. Tu le saurais d'ailleurs si tu étais allée sur mon blog. La blogosphère ne parle plus que de cela : dans l'article "mariage" j'ai mis des
photos de ma bouille ! Cours vite voir Delon (de loin...)


isa 28/08/2010 21:20



Désolée, j'ai vraiment du mal à trouver du temps pour le Net et j'ai pris tellement de retard dans mes mails persos, que je n'ai plus le temps de fureter :'(


À ma décharge, j'ai deux enfants qui ne sont pas encore en âge de parler (enfin un des deux pourraient l'être mais il ne semble pas presser... Il doit considérer que sa maman parle assez pour
toute la famille) et le troisième sera bientôt là aussi. Ça occupe ^^


Mais je suis passée voir les photos, très beau mariage, une très chouette petite famille !



Prioul Serge 26/08/2010 21:51


Peut-être mais ce qui m'intéresse aussi c'est de savoir ce que les gens aiment en poésie. Tu vois, je suis curieux de tout. Souvent les gens n'aiment pas la poésie parce qu'ils sont restés sur les
bancs de l'école. Il y a de tout à découvrir dans la poésie du XXème siècle et la contemporaine et sûrement des poèmes que l'on va aimer.


isa 01/09/2010 08:36



Oups, j'avais raté ce commentaire, désolée.


Personnellement, j'aime beaucoup la poésie classique également. Mais sa rigueur est une arme à double tranchant. Certains génies de l'époque savaient se servir de ce cadre pour magnifier
l'émotion, mais pour d'autres, elle est un carcan. La poésie plus libre laisse la place à l'émotion avant tout, le jeu avec les mots sans souci de coller à tel cadre, un jeu qui ne se nourrit que
d'émotion brute et la livre dans toute son essence.


Il est certain qu'un public qui n'a pas été sensible à la première pourrait trouver son compte dans la seconde. C'est très dommage qu'on n'étudie pas davantage les oeuvres contemporaines à
l'école.



Prioul Serge 25/08/2010 10:22


Merci pour ta critique si posée. Je lis peu de romans et sûrement pas celui-là mais tu auras sûrement donné envie aux amateurs. Si tu découvres de la poésie, je suis preneur ; c'est plutôt là mes
rares lectures.


isa 26/08/2010 21:40



Bonjour Serge, je ne pensais pas que tu étais déjà rentré de vacances !


En général, je fais des critiques assez courtes quand un livre est ancien et que tout le monde a déjà dit ce qu'il y avait à dire (en fait, je donne juste un sentiment très partial). Mais comme
celui-là est tout récent, j'espère que ça aidera les lecteurs à savoir si c'est le genre de lectures qu'ils cherchent.


Si je trouve de la poésie qui me plaît, je te le dirai, mais je pense que tu es bien plus calé que moi dans ce domaine !



Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?