Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 09:00

Si si, on vous l'a promis. Ce serait trop long, trop cher, trop pénalisant économiquement, de sortir du nucléaire. Alors en France, on va continuer à en faire. Mais attention du bon, du gentil nucléaire (comme dirait Jean-Pierre Gauffre), pas le même qu'à Fukushima. Et pour ça, on fait des audits, des colloques, des réunions... On écoute tout le monde et on met tout à plat.

Si si, promis.

D'ailleurs Éric Besson nous montre comment il compte mener le débat et trouver des solutions aux faiblesses qui pourraient (très éventuellement) être trouvées à nos centrales. C'est ici et c'est édifiant (regardez la vidéo).

Partager cet article

Repost 0
Published by isa - dans (a)politique
commenter cet article

commentaires

A.C. de Haenne 29/06/2011 12:35


Le mieux, c'est de ne plus se laver les dents, voire de ne plus se laver tout court... ;-)

A.C.


A.C. de Haenne 28/06/2011 23:14


Désolé pour la réponse tardive...
Je suis d'accord sur ce que tu dis à propos des hommes politiques et de leurs mandats "à court terme". Peut-être la solution serait de nous passer de ces hommes (et femmes, bien sûr) politiques
censés représenter nos intérêts mais qui, en fait, ne représentent qu'une frange infime de la population, c'est-à-dire les possédants. Ce qu'on appelle l'oligarchie.
En ce qui concerne les gens (je sais bien, ça n'existe pas "les gens", mais c'est plus pratique...), quand je parle avec eux d'écologie au boulot (transport aérien, agriculture bio, santé...),
souvent ils me répondent : "C'est déjà trop tard !" Pourquoi font-ils des enfants s'ils savent pertinemment qu'ils leur laissent une planète pourrie ? C'est totalement criminel !
Le tri sélectif, si c'est bien fait, peut quand même bien réduire le poids de nos déchets ultimes dont il faudra bien s'occuper : brûler ou enfouir en décharge. Dans les deux cas, ce n'est pas
anodin. Là encore, même si chacun a un rôle à jouer, le premier maillon de la chaîne reste quand même l'industriel que je juge coupable du suremballage pour de basses considérations marketing.
C'est donc à chacun d'entre nous de ne pas choisir (à défaut de boycotter) des produits dont la rémanence de l'emballage est trop importante.
Au niveau de la voiture électrique, je te rejoins tout à fait. Tant que les véhicules continueront à être de plus en plus lourds, on ne pourra les équiper tous... Et puis même si ça arrive un jour
(miracle !), il faudra que les gens se disciplinent pour ne pas faire charger leur voiture en quelques minutes, mais plutôt en plusieurs heures, la nuit de préférence. Oui, parce que les centrales
continuent à produire la nuit alors que la consommation est quasi-nulle. Et comme on ne peut pas stocker l'électricité...
Enfin, bref, on n'est pas sorti de l'auberge...

A.C.


isa 29/06/2011 11:48



Ah tiens, moi, les gens à qui j'en parle me disent plutôt "on a encore le temps" et fustigent les médias gauchos et alarmistes ^^


Pour les emballages, c'est à désespérer parce que sur certains types de produit, il est très difficile de trouver un emballage minimaliste. Là où le choix s'offre vraiment c'est pour les fruits
et légumes par exemple. Et je trouve ça hallucinant de voir le nombre de personnes qui les achètent en barquette alors que c'est plus cher et plus polluant. Mais bon, c'est comme de laisser
couler l'eau pendant qu'on se brosse les dents. Je ne comprendrai jamais...



A.C. de Haenne 26/06/2011 11:06


Sauf que, là encore, c'est un mensonge (un mensonge répandu, accepté par la majorité parce que répété à l'envi, non pas que je te traite de menteuse). L'énergie nucléaire n'est pas la moins chère,
et elle ne contribue en rien à notre indépendance énergétique. Depuis quelques temps déjà, nous avons épuisé nos mines d'Uranium (et flingué les mineurs au passage, car pour faire croire que le
nucléaire n'était pas dangereux, l'Uranium était travaillé comme un minerai ordinaire... Glups !), et après une baisse significative dans les décennies 1980 et 1990, il a drôlement monté depuis
2001. Le départ de Besson du plateau de M6 peut vouloir dire une chose : le mensonge est tellement flagrant qu'à présent on a vu en direct (ou quasiment) une catastrophe nucléaire très très grave
(et je peux te dire sans peine que ce qu'on nous dit est bien en deçà de la réalité !), que la parole n'est plus possible, surtout pour défendre l'indéfendable. La rhétorique est devenue
impuissante. Alors peut-être est-ce une bonne chose...
Même si tu as raison sur les gens qui ne veulent pas sacrifier leur mode de vie, il faut savoir ce qu'ils veulent, et les économies à faire se trouvent aussi (et surtout) au niveau de l'industrie.
Le TOUS signifiait ça.

Bon, comme tu le vois, je suis intarissable sur le sujet, et je découvre encore des mensonges de l'industrie nucléariste. Le décodage n'est pas toujours aisé, noyé qu'il est dans un flot
technocratique et technique, mais il est intéressant. En tout cas, c'est passionnant, et je suis tout de même content de constater un certain réveil des gens (jusqu'à quand ?). Vivement la
prochaine manif conséquente anti-nucléaire, histoire de voir l'évolution des consciences.

Antoine


isa 27/06/2011 10:58



Pour le prix, oui et non. Je pense qu'il faut être honnête : aujourd'hui si on devait sortir du nucléaire, ça nous coûterait des sous à court terme. Les installations sont là, elle fonctionnent,
mettre en place un autre système coûtera des investissements (sans compter l'arrêt des centrales qui coûte encore de l'argent). A moyen/long terme si ce sont des énergies renouvelables qui sont
développées, la facture peut baisser (du travail être créé, etc...). Mais pas demain. Et le problème c'est que nos politiciens ne veulent pas investir sur l'avenir plus long que demain (2012 pour
être précis à ce jour). Ça signifierait que l'électricité augmente pendant LEUR mandat, au bénéfice d'une électricité qui baisserait pendant le mandat d'un autre. L'intérêt du pays dans tout ça
passe loin après leur éventuelle réélection. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nos gouvernements gèrent toujours aussi mal le long terme (et le développement durable plus encore).
L'"avenir de nos enfants" ne les intéressent que quand il s'agit de faire passer une réforme sur les retraites qui permet d'exploiter un peu plus longtemps les salariés.


"Même si tu as raison sur les gens qui ne veulent pas sacrifier leur mode de vie, il faut savoir ce qu'ils veulent, et les économies à faire se trouvent aussi (et surtout) au niveau de
l'industrie. Le TOUS signifiait ça." Oui mais là, c'est mon souci avec le "TOUS" c'est que chacun pense toujours que TOUS c'est l'autre. Dès que je parle écologie avec quelqu'un (tri des déchets,
utilisation raisonnable de la voiture (genre marcher sur des petits trajets ou se mettre au vélo, plutôt que de prendre sa voiture pour aller à son club de sport), consommation responsable...) on
me répond "ça ne sert à rien, c'est aux agriculteurs/industriels/conducteurs de 4/4... de faire". Chacun se rejette la faute. Ça a le don de m'énerver. Quand on me demande pourquoi je fais le tri
sélectif alors que ça ne sert à rien (selon certains, les avis divergeant sur ce point), je réponds "Peu importe. Je le fais parce que je veux montrer que s'il y a des efforts à faire, je suis
prête à les faire."


Je me doute bien que tu ne fais pas partie de ces gens. Le problème c'est que les demandes légitimes des écologistes sur l'industrie, l'agriculture, le transport de marchandises, etc... est trop
souvent employé comme argument pour ne rien faire par des gens qui n'ont pas envie de se compliquer la vie.


Et le sujet m'intéresse aussi... ce que tu verras dans ma nouvelle quand je te l'enverrai. J'étais écolo bien avant que l'écolo devienne une mode et je suis plus gavée par l'usage médiatique qui
en est fait récemment qu'autre chose.


Ah puis tiens, dans les "jolis mensonges", y a "voiture propre" que j'aime bien. "Voiture moins sale" admettons. Mais quand on présente la voiture électrique comme LA solution parce qu'elle ne
produit pas de gaz à effet de serre, je me demande "Et où trouvera-t-on toute cette électricité supplémentaire nécessaire ?" On présente toujours l'électricité comme une énergie propre. Ce sont
juste les centrales qui ne le sont pas. Je me suis battue quatre ans pour essayer de remplacer notre chauffage au fioul pourri dans notre copro par des panneaux solaires. Et c'est le maire qui
s'y opposait parce que ça ne ferait pas joli sur les toits (on avait le toit le plus haut de la ville... Il n'était visible que d'une seule route dans toute la commune *soupir*)



A.C. de Haenne 26/06/2011 00:00


Vous savez, sans vouloir dédouaner Besson (oh la la, loin de moi cette idée) qui est le lampiste du moment qui monte au front pour défendre l'indéfendable (je pense qu'il le veut bien, car, me
semble-t-il, il adore le rôle de celui qu'on aime détester), cela fait cinquante ans qu'on ment sur le nucléaire. Alors, les gens ouvrent les yeux depuis trois mois et se rendent compte que le
nucléaire est dangereux parce que, malheureusement (oui, j'insiste que, malgré mon activisme anti-nucléaire, je ne suis pas de ceux qui se réjouissent d'une catastrophe juste pour prouver qu'ils
ont raison), ils viennent de réaliser que le risque nucléaire est loin d'être aussi nul qu'on veut bien leur dire depuis le début. Cependant, où étaient-ils quand nous, les militants, nous battions
le pavé pour réclamer la sortie du nucléaire ? J'ai fait des manifs où nous étions 30.000, ce qui peut paraître plus que satisfaisant. Mais de savoir que c'était dans une ville comme Toulouse, qui
compte plus de 800.000 habitants. Où étaient les gens ?
Oui, ça fait cinquante ans, depuis que le programme nucléaire français a été décidé par deux ou trois personnes qui ont conseillé De Gaulle et lui ont dit qu'il s'agissait-là de l'unique solution
de notre indépendance énergétique... A quel prix ? Prix économique (à court terme), prix écologique (à moyen terme, voire à très, très, très long terme). Je rappelle à toute fin utile que la
demi-vie de l'Uranium 234 est de 240.000 ans, c'est-à-dire qu'il perd la moitié de sa force de nocivité au bout de cette période... Que va-t-on laisser à nos enfants, et à leurs enfants, etc.
Peut-on hypothéquer leur avenir juste parce qu'on est incapable de faire attention à notre mode de vie ? Le premier gisement énergétique se trouve dans TOUTES les économies d'énergie que l'on peut
TOUS faire. Avant de remplacer toutes les centrales nucléaires par des éoliennes ou des panneaux photovoltaïques, posons-nous les vraies questions : avons-nous besoins de panneaux publicitaires
éclairés toute la nuit ? Avons-nous besoin de panneaux publicitaires ? Avons-nous besoin ? Avons-nous envie de vivre une vraie vie ?
Voilà, désolé pour ce (long) commentaire d'un militant anti-nucléaire qui, un jour, un parmi de nombreux autres, a réussi à faire annuler le projet de construction d'une centrale nucléaire (Bon,
OK, le 1er ministre, c'était Jospin, pas ces espèces de blocs de suffisance qu'on a en face de nous (les gens qui descendent dans la rue pour défendre nos droits) en ce moment).
Et pour vous prouver que le combat anti-nucléaire ne date pas d'hier, et que depuis trente ans rien n'a changé :

http://www.youtube.com/watch?v=a7dxnTNOwZE

A.C. de Haenne (quand je disais que mon pseudo était un cri de guerre pacifiste, je ne mentais pas...)


isa 26/06/2011 09:36



Wahou ! Il m'a foutu une claque ton clip !


Après, la vraie question, elle est là :"Le premier gisement énergétique se trouve dans TOUTES les économies d'énergie que l'on peut TOUS faire." Les gens n'ont pas envie d'entendre ça. C'est la
faiblesse de la démocratie telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui. Pour être élu, il faut dire aux gens ce qu'ils veulent entendre. La plupart ont envie qu'on leur dise :"Vous allez pouvoir
continuer à vivre comme aujourd'hui, sans rien changer. Le gouvernement se charge de vous donner une énergie la moins chère possible."



Fabrice 24/06/2011 16:28


Les Japonais ont déjà dépassé les Français avec la gentille catastrophe qui ne fait mal à personne, accompagnée de ses gentils taux de radiations et de sa gentille contamination. En effet, quelques
soient les chiffres, ils sont toujours décrits par les autorités comme étant sans danger. Enfin, presque… car comme l'a souligné Shunichi Yamashita, professeur à l'université de Nagasaki (médecine
moléculaire et recherche sur la radioactivité) et accessoirement conseiller du gouvernement envoyé auprès des populations de Fukushima :
« les effets de la radiation ne parviennent pas aux gens qui sont heureux et qui rient. Ils parviennent à ceux qui manquent d'entrain, qui broient du noir et pleurnichent. »
C'est beau… on dirait du Besson.


isa 24/06/2011 17:06



Ah oui. À mon avis, c'est lui le parolier (ou alors vous avez un clone...)



Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?