Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 18:02

 

 

Quatrième de couverturehttp://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x308/rko_200-200x308.jpg

Le voyage de Karst Olenmyl touche à sa fin tandis que le village de Selme point à l’horizon. La destination aura monopolisé tous ses efforts, toute son attention… Il ignore d’ailleurs ce qu’il doit accomplir là-bas. Peut-être le saura-t-il sur place ? Hélas, une force incroyable lui interdit l’accès du hameau ; soufflé, vaporisé, son corps disparaît.

Quelque part sur le continent dévasté des Jémellides, un homme s’éveille péniblement. Il se nomme Karst Olenmyl. Il est amnésique, et seul brûle dans son esprit un impératif lancinant : il doit se rendre à Selme…


Illustration de couverture : Sébastien Gollut

Vous pouvez lire en ligne les premières pages de cette novella.

 

Je ne peux pas parler honnêtement de ce livre sans évoquer la difficulté que j’ai eu à entrer dedans. Je l’ai choisi, comme toujours, sur un coup de tête. J’avais lu l’extrait mis en ligne et j’avais été intriguée (et touchée) par ce personnage qui essayait visiblement d’atteindre un lieu qu’il ne pourrait jamais atteindre et qui semblait prêt à poursuivre sa quête à l’infini puisqu’il ne gardait aucun souvenir de son échec précédent. Était-ce juste une vision de l’absurdité de la vie humaine et de l’aveuglement que nous éprouvons vis-à-vis de nos propres objectifs ? J’espérais que non. Pour intéressante que soit cette projection philosophique, j’espérais que l’histoire irait plus loin.

J’ai donc entamé ce livre pleine de curiosité et je me suis heurtée à vingt pages qui ont failli me le faire lâcher. On sent chez cet auteur la veine de l’illustrateur, une volonté de nous dépeindre les fresques qui prennent vie dans son imagination, comme il l’aurait fait sur une planche. C’est beau, ça touchera sans doute de nombreux lecteurs, mais mon rythme de vie actuel m’a rendu l’étape difficile à franchir (un peu comme pour ce pauvre Karst). Je ne peux lire que peu de temps d’affilée et toujours je revenais au même paragraphe dans une page touffue, ne sachant plus où j’en étais. Cependant, si vous avez un peu de temps pour entrer dans le livre d’une traite (et non pas que vous faites de la lecture en pointillés, comme moi), vous êtes un vrai chanceux parce que vous pourrez profiter de ce livre dans sa pleine mesure.

Si je prends la peine de vous parler de ce « défaut » (qui en a été un pour moi mais ne le sera pas forcément pour tous les lecteurs), c’est parce que même si vous avez du mal avec ces 20 premières pages, il ne faut pas que vous lâchiez l’affaire ! C’est une lectrice débordée, épuisée et de surcroit malade qui vous l’atteste : le jeu en vaut la chandelle ! Il m’a fallu trois jours pour venir à bout par tronçons de cette première partie, une journée (et la nuit qui allait avec) pour lire tout le reste tant le livre ne parvenait plus à lâcher mes mains.

Après une vingtaine de pages qui nous décrivent le drame du personnage, le monde dans lequel il évolue et nous brossent quelques tableaux apocalyptiques, on entre de plein fouet dans une histoire passionnante dont on veut à tout prix connaître la chute. Et celle-ci est à la hauteur, ce qui n’est pas toujours le cas !

Comme les lecteurs fidèles de ce blog doivent le savoir, j’aime les parutions Griffe d’Encre en général. Mais, si elles font preuve d’une grande pertinence, de cynisme souvent et de beaucoup d’intelligence, il leur manque parfois un petit quelque chose d’émotionnel. En tout cas, pour moi qui aime trouver cela dans mes lectures. Ce livre arrive à allier intelligence (réflexions sur la liberté de pensée, la difficile conciliation entre une Morale dogmatique et le sens moral personnel, quête d'absolu, quête de soi à travers le héros, mais pas seulement, analyse des excès post-traumatiques...), suspense et émotion. Sa fin ouverte n’est pas pour autant une non-fin.

En un mot, j’ai adoré et je ne peux que vous en recommander très chaudement la lecture.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nathalie Dau 12/09/2010 08:31


Ah, je n'avais pas réussi à vaincre ces 20 premières pages, je m'étais enlisée dedans et avais reposé le livre... mais ton billet me donne envie de faire une seconde tentative !
Bon, d'abord faudra que je trouve dans quel carton de déménagement il se trouve... et c'est une autre sorte d'épreuve ! ;)


isa 12/09/2010 08:49



Oui, j'ai ce problème avec pas mal de livres, aussi. Pour ma part, en tout cas, c'est la novella de GdE que j'ai préférée jusqu'ici. J'avais pourtant adoré Sortie de Route et Les poubelles (la
Répulsion est plus dans le genre du premier que du second ^^)



Lucie 11/09/2010 18:41


Je suis une découvreuse de talents ;-)))


isa 11/09/2010 21:05



Eh bien, si j'atteins un jour celui de Sébastien Gollut, je serai fière !



Lucie 11/09/2010 18:17


Encore un que j'ai eu l'occasion de publier quand il était encore un petit jeune ;-)


isa 11/09/2010 18:24



Tu avais eu du nez ;-)



Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?

Archives