Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 11:18

 

Ceux qui fréquentent les forums de jeunes auteurs ont sans doute eu l’occasion comme moi de voir passer quelques projets d’écriture en commun. D’histoires écrites en partant de la fin, de synopsis découpés en chapitres étoffés par différentes plumes, de concours de suites pour former une histoire en patchwork… le Net fleurit régulièrement de ces exercices littéraires qui amènent des auteurs à collaborer sur un projet commun. Simple perte de temps pour certains, enrichissement pour d’autres, ces projets peuvent s’avérer plus ou moins productifs mais en général toujours conviviaux. N’ayant jamais participé à l’un d’entre eux, je voulais tout de même vous en parler pour vous permettre de savoir si l’aventure vous tenterait. Alors, comme toujours, j’ai honteusement fait appel à une personne qui connaissait le principe pour partager son expérience…

 

Entrevue avec Karine Dumas  

moi5.jpg

 

 

Bonjour Karine. Tout d’abord merci de ton intervention sur ce sujet qui m’est assez étranger.

Quelques mots sur toi pour commencer ? Je t’ai connue par Cocyclics, depuis combien de temps es-tu inscrite sur le forum ? Depuis quand écris-tu ? As-tu déjà été publiée ?

 

Je suis sur Cocyclics sous le pseudo d’Arianne, depuis bientôt un an, mais je ne participe réellement au forum que depuis janvier dernier. J’aurais tendance à dire que j’écris depuis toujours, mais mes premiers écrits aboutis (comprenant début-milieu-fin) datent de mes 17 ans. J’en ai maintenant 25, je suis québécoise, et je n’ai jamais été publiée, sinon à un niveau amateur, sur le web. Un de ces projets web s’est tout de même retrouvé sous format papier, et j’en ai un exemplaire chez moi, dont je suis plutôt fière.

 

 

Peux-tu nous parler du ou des projets d’écriture en commun auxquels tu as participé ? Comment y es-tu venue ? Recherche volontaire, hasard ?

 

Presque toujours par hasard. Les projets à plusieurs mains, c’était suite à des annonces lancées sur des forums de webséries* ou sur les sites mêmes des webséries en question. Puis, il y a deux projets dont j’étais l’une des instigatrices ; j’ai donc écrit le premier épisode de l’un, pour lancer le projet, et un épisode d’un autre à un moment où l’on manquait de participants.

 

 

Je suppose qu’il n’y avait pas de visée éditoriale au bout, quel était l’ambiance et le but de ce(s) projet(s) ? Simple délire ou recherche d’expérimentation littéraire ? Quel était le principe  ? Le nombre de participants ?

 

S’amuser, expérimenter, donner vie à un projet qui n’aurait pas pu se réaliser autrement. Je pense entre autre au tout premier auquel j’ai participé, Le manoir des secrets : Isabelle, la créatrice, avait déjà une websérie et craignait de manquer de temps pour développer sa nouvelle idée, du coup elle a lancé  un appel à tous pour se trouver des co-auteures. L’avantage, c’est qu’elle l’a fait sur le site d’une websérie québécoise, il n’y avait donc pas de problèmes de fuseau horaire puisqu’on venait toutes d’ici, et vu le nombre de choses dont on discutait en direct sur msn, c’était plutôt important.

On était 6 co-auteures au départ. Le contexte et les personnages avaient été établis par Isabelle et Kat, la première à s’être jointe à l’aventure, mais de façon très basique pour nous laisser de la marge de manœuvre. On a établi ensemble la trame de websérie, les moments importants, et par la suite lorsque nous avons plongé dans le passé des personnages, chacune s’en est approprié un ou deux qu’elle traitait plus en profondeur. Chacune écrivait un morceau avant d’envoyer l’épisode aux autres ; il nous est arrivé d’écrire des scènes à quatre mains, en direct sur msn, chacune ajoutant son bout de texte à tour de rôle.

 

Le deuxième projet pouvait effectivement se qualifier de délire ; suite à l’idée d’une amie à moi, on avait monté cette idée de websérie comique que l’on écrivait sur msn, un peu à la manière d’un jeu de rôle. Il s’agissait vraiment juste de s’amuser et de faire quelque chose de différent. On a d’ailleurs eu beaucoup de plaisir pour le peu que l’on a écrit. Chacune s’était montée un personnage et le jouait en temps réel sur msn. Encore une fois, nous étions 6, ce qui a peut-être compliqué les choses à cause de la façon dont on développait le projet : plus le temps passait, plus il était difficile de dégager des plages horaires où nous étions toutes sur msn en même temps.

 

lir_saison1.jpgEnsuite, il y a eu l’Idée-Rêve, une initiative de PancakeTV (une chaîne de websérie qui n’existe plus) où cette fois, on prenait les choses au sérieux. Un épisode publié toutes les deux semaines, un temps prédéterminé pour l’écriture, et une date de publication claire. Le premier participant écrivait la fin d’une histoire, donc ce qui serait en temps normal, le dernier épisode ; la personne qui venait ensuite écrivait ce qui s’était passé juste avant, et on remontait ensuite la chaîne jusqu’au dernier participant, qui lui écrivait le premier épisode.

C’est d’ailleurs la saison 1 de l’Idée-Rêve qui s’est retrouvée en format papier. Il y en a eu 3 saisons, mais pour moi, la saison 1 demeure très particulière.

 

Les deux plus récents auxquels j’ai participé étaient ceux que j’avais créés avec une amie, sous le principe des AT, auxquels j’ai participé un peu par obligation. Pour le premier, Based on Songs, on devait choisir une chanson sur laquelle on basait son épisode ; l’autre se nommait Meurtres à Hollywood… et en fait, je crois que le titre indique assez bien le thème.

 

J’ai aussi écrit des trucs en co-écriture avec une de mes amies, mais ça n’a jamais dépassé 2 ou 3 chapitres, à cause du manque de temps et d’intérêt.

 

 

Le projet a-t-il abouti finalement ? Tout le monde a-t-il joué le jeu jusqu’au bout ?

 

Pour Le manoir des secrets, on en était à l’écriture du dernier épisode lorsque l’aventure s’est terminée. Lorsque nous l’avons lancé, nous étions toutes au secondaire (à l’exception de l’instigatrice du projet, déjà sur le marché du travail) et on avait beaucoup de temps à perdre. Quand on a commencé les études supérieures, on a soudain eu d’autres priorités et malheureusement, la websérie n’a jamais connu sa conclusion. Entre-temps, on était passées de 6 auteures à 5, puis à 4, deux d’entre nous ayant abandonné par manque de temps.

 

La websérie comique, elle, n’a jamais abouti, pour les mêmes raisons que Le manoir des secrets ne s’est jamais terminé : manque de temps des participantes. À l’exception de quelques scènes cocasses qu’on a eu un plaisir fou à écrire, on n’est jamais venu à bout de terminer l’écriture du premier épisode.

 

Les autres projets, eux, ont tous aboutis, probablement parce que les participants n’avaient d’obligations que pour un seul épisode. Par contre, j’ai moi-même abandonné la saison 3 de l’idée-rêve alors que mon tour approchait, et je crois que je ne suis pas la seule à l’avoir fait lors des trois années où elle s’est déroulée. Mais le principe faisait que perdre un participant n’était pas un drame, ça ne faisait que changer un peu l’ordre des épisodes.

 

 

À titre personnel, qu’est-ce que cela t’a apporté ? J’imagine que c’est un exercice assez difficile, qu’as-tu trouvé comme avantages (ou comme défauts) à ce procédé d’écriture ?

 

L’avantage d’avoir plus qu’une tête pour penser ; de savoir que lorsque je bloquais sur un morceau, je pouvais le faire lire à une de mes co-auteures et avoir ses impressions, en sachant qu’elle pourrait peut-être m’apporter une solution ou m’aider à comprendre ce qui ne fonctionnait pas.

Ça m’a appris le tact, aussi. Au tout début, je n’en avais aucun, et je me souviens d’un moment, entre autre, où avec Kat on avait réécrit au complet des morceaux écrits dans la même journée par nos co-auteures. J’avais lu les scènes en question et avait sauté sur Kat, sur msn, en disant « ça ne marche pas ! Ça va trop vite ! C’est pas crédible ! » Il faut dire qu’il s’agissait de mes personnages, ceux que j’avais développés, du coup ce que je voyais sur papier ne correspondait pas du tout à l’idée que je m’en faisais. J’ai réécrit une scène, et Kat l’autre, mais je me rends compte maintenant que j’ai été très chanceuse que mes co-auteures ne le prennent pas mal ! Je n’ai pas eu le choix d’apprendre la façon de parler aux autres, lorsqu’un morceau du texte ne me convenait pas.

L’autre défaut, c’est surtout au niveau de la co-écriture à deux, lorsque je me rendais compte que ma co-auteure n’avait pas autant de temps et d’intérêts et du coup, même si j’aurais voulu que le projet avance, il n’avançait pas.

Ça m’a aussi aidée à apprendre à bien prendre la critique. Ce n’est pas seulement grâce à ça, mais ça en fait partie, au point qu’aujourd’hui, ma co-auteure peut me dire qu’une scène est à réécrire au complet, et je ne sauterai pas au plafond. C’est un peu le même principe que la bêta-lecture, sauf qu’on écrit sur le même texte.

Ça donne une autre perspective, aussi, sur une histoire, ou sur un même thème. J’aime bien voir les interprétations de chacun. Ça donne une assez bonne idée, en fait, de la différence qu’il peut y avoir entre l’idée que se fait un auteur de son histoire et celle que s’en feront les lecteurs. C’est toujours un défi, parce que justement dans l’écriture à plusieurs, on n’est pas seul maître à bord : il faut prendre en compte la façon des autres de voir les choses.

 

 

Envisages-tu ou es-tu déjà sur un autre projet du genre ? Espères-tu renouveler l’expérience ?

 

Pas avec autant de personnes que le tout premier, ça c’est sûr et certain. Trop de contraintes de temps, et chacun a sa vision du projet, qui ne concordent pas tout le temps. Vient un moment où ça donne des maux de têtes, de devoir faire s’accorder les points de vue de tout le monde.

 

Par contre, l’écriture à deux, je suis encore en plein dedans. Avec ma coloc, on développe un projet (très lentement) de roman écrit à quatre mains. On commence tout juste à l’écrire, après 4 ou 5 ans à développer l’histoire. Je ne sais pas si ça va finir par aboutir, mais j’adore ça.

 

Quelques mots à adresser aux lecteurs de ce blog pour finir ?

 

Si l’écriture à plusieurs vous intéresse, laissez-vous tenter. Il y a toujours moyen d’apprendre quelque chose, et sur soi, et sur sa façon de travailler avec les autres. C’est un beau défi, qui peut être très intéressant, et ça permet d’apprivoiser la critique d’une façon moins formelle et plus amicale. Et puis, ça donne des résultats surprenant, parfois !

 

* Le terme websérie utilisé ici fait référence aux webséries littéraires, et non pas aux web-séries vidéos. Pour plus d’infos, allez faire un tour sur http://webserie.fr/ ou sur l’annuaire http://echows.net/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by isa - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires

Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?

Archives