Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 07:51
NB : Certains éléments de cet article font référence au monde des littératures de l'Imaginaire (les appels à textes par exemple ou les maisons qui sont citées). Mais les principes de base restent applicables à la publication en littérature générale.

J'ai été pas mal prise par mes propres projets d'écriture dernièrement et j'ai tardé un peu à alimenter cette rubrique, je m'en excuse auprès des éventuels jeunes auteurs qui espéraient mes conseils.
Aujourd'hui, parlons du commencement : ce jour où, après avoir passé des années à écrire et à lire, on se dit "Et pourquoi pas moi ?" La tâche paraît parfois insurmontable et on se sent prétentieux de vouloir rejoindre les plus grands. Pourtant, il a bien fallu qu'eux-même y croient un jour pour être là aujourd'hui.

NB : Cet article parle du problème d'accéder au public en paraissant sur des supports pros ou amateurs. Il n'a pas pour but de vous apprendre comment écrire (ce dont je me sens bien incapable). Si vous cherchez des conseils sur la rédaction d'un manuscrit, voyez plutôt ici.

Par où commencer ?
Il y a plusieurs voies pour atteindre la publication. Je ne les connais sans doute pas toutes, mais je vais vous donner les chemins que je connais :

* La voie commerciale : Être au coeur d'un fait divers, l'ex-femme d'un président, une starlette de reality show... Que votre bouquin soit bon ou mauvais, vous serez mis en devanture des grandes enseignes et accéderez à la célébrité par la voie rapide (avec dégringolade aussi rapide presque assurée). Étant donné les prédispositions nécessaires à cette voie-là, je ne m'y attarderai pas.

* La voie qui fait rêver : Vous écrivez un manuscrit, vous l'envoyez par la Poste à un éditeur et, séduit par votre plume, celui-ci vous recontacte pour travailler le manuscrit avec vous et l'éditer. Je ne vous cacherai pas que, si elle est la plus connue, cette voie est aussi la plus hasardeuse. Les éditeurs les plus connus reçoivent des centaines de manuscrits par an pour seulement un auteur anonyme publié de temps en temps. Les échecs sont fréquents et souvent décourageants. C'est souvent par là cependant que l'on commence et ce n'est pas forcément un mal, il faut savoir oser pour réussir. Quelques conseils pour arpenter cette voie :
- Essayez de faire un roman de format moyen (entre 300 000 et 500 000 signes espaces comprises) et de ne pas commencer par un cycle ou quelque chose du genre ;
- Faites une lettre d'accompagnement courtoise mais courte, qui va à l'essentiel. Ne parlez pas de vos amis, parents, voisins qui vous ont lus et ont adoré. Ça a le don d'agacer les éditeurs ;
- Choisissez bien votre éditeur en vous renseignant sur sa ligne éditoriale ;
- N'acceptez pas de contrat avec les éditeurs à compte d'auteur (ce qui inclut tout éditeur qui vous demande de l'argent pour vous éditer) ou alors faites-le seulement après vous être bien renseigné sur ce dans quoi vous mettez les pieds (article à venir bientôt sur le sujet) ;
- Ne vous découragez pas si cela échoue, il y a d'autres voies ;)

* La voie de la patience : Comme je vous l'ai dit, être auteur demande de la patience. Il est parfois préférable de rentrer dans ce monde progressivement, de se faire sa place, de progresser au fur et à mesure qu'on accède à la célébrité... L'édition a de nombreux niveaux qui ne sont pas toujours connus. Pour commencer, vous pouvez tenter des appels à textes. Les webzines, fanzines, éditeurs amateurs ou petits éditeurs pros en lancent régulièrement. Ces derniers sont habitués à travailler avec des auteurs débutants. Ils ne cherchent pas forcément une plume parfaite mais une plume prometteuse et ils vous aideront à l'affûter. Attention ! Cela ne signifie pas qu'il faille leur envoyer des brouillons. Même à ce niveau de l'édition, les critères de sélection sont élevés et la concurrence rude. Il faudra souvent répondre à plusieurs appels à textes avant d'être sélectionné. Mais ces éditeurs (et affiliés) sont moins prompts à vous mettre de côté. Pour être concrète, un éditeur pro (ou un directeur de collection) va souvent lire les premières pages (voire les premières lignes) de votre histoire. S'il n'est pas rapidement accroché, il passera à un des autres nombreux manuscrits qui encombrent son bureau. Un éditeur plus petit prendra plus de temps pour vous laisser votre chance. Il s'aide souvent d'un Comité de Lecture pour faire sa sélection, histoire d'avoir d'autres avis que sa propre sensibilité subjective.
Vous avez donc deux voies pour entrer dans ce monde de la petite édition : répondre aux appels à textes (pour des nouvelles donc) ou soumettre spontanément. Les appels à textes peuvent vous aider à progresser, à mieux bâtir vos scénarios, à synthétiser vos idées... Mais si vous êtes totalement réfractaires à la nouvelle (ce qui peut arriver même à de très bons auteurs) vous pouvez tout de même soumettre directement un manuscrit de roman. Attention ! La concurrence reste rude, relisez-vous, faites-vous relire, essayez de présenter le meilleur manuscrit possible !

Et ensuite ?
La petite édition ne fait pas vivre l'écrivain (elle ne vend pas assez d'exemplaires pour cela). Cela ne signifie pas pour autant que vous n'accéderez jamais au statut d'écrivain qui vit de sa plume (c'est assez rare cela dit). Tout d'abord, un petit éditeur peut grossir. Ça a été le cas de maison comme Actes Sud, mais la plupart des maisons d'éditions connues n'ont pas commencé aussi grosses qu'elles le sont. Bien sûr, la sélection est rude et les chances sont minces, mais cela arrive.

Ce qui arrive plus souvent c'est qu'un auteur sélectionné par une petite maison fasse la différence. On peut gagner des prix, être reconnu par le public ou la critique... On est également présent sur les salons, on rencontre des gens, on n'est plus le xième manuscrit sur le bureau d'un éditeur débordé, mais le manuscrit de telle personne avec une bibliographie plus ou moins reconnue. On a également gagné en expérience, en rigueur : les petits éditeurs font un travail de correction très minutieux sur les manuscrits, n'en prenez pas ombrage et profitez de tout ce qu'ils vous apprennent. En résumé, on apprend à se dépatouiller dans le monde impitoyable de l'édition et croyez-moi, il y a beaucoup de choses à savoir.

Si vous décidez de vous aventurer sur cette voie par le biais des appels à textes, vous pourrez trouver des listes régulièrement mises à jour ici : l'antisèche des auteurs.
Pour ce qui est des soumissions spontanées, il faut guetter les petites maisons d'édition. Pour pouvoir vraiment étudier avec attention chaque manuscrit, la plupart n'ouvrent leurs soumissions qu'un certain temps. Elles les referment ensuite jusqu'à avoir écoulé leur stock de manuscrits. Je vous l'ai dit : la vertu essentielle de l'écrivain est la patience.
Voici une liste des quelques maisons que je connais en matière d'Imaginaire. Si vous êtes auteur de littérature générale, il en existe d'autres, à vous de les chercher ;)
Éditions Agemmios
Éditions Griffe d'encre
Éditions Du Riez
Éditions Rivière Blanche
N'hésitez pas à acheter quelques livres de la maison que vous choisirez pour vous faire une idée de sa ligne éditoriale, ou à vous inscrire sur leur forum pour en apprendre un peu plus.

Articles à venir (dans le désordre) :
Les appels à textes
Le Comité de lecture, à quoi ça sert ? (fait)
La bêta-lecture, le meilleur moyen de progresser (fait)
CocyClics : bêta-lis, CocyClics te bêta-lira (fait)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

John Peter B. 28/03/2010 20:54


allez, hop, tutoiement ? Perso, je préfère ...
Oui, évidemment je repasserai !


isa 28/03/2010 20:58


Ça me va mieux le tutoiement aussi. Mais tout le monde n'est pas de cet avis. J'en avais parlé ici.
Au plaisir de te revoir sur ces pages, alors. Ou de te croiser sur Griffe d'Encre. Et surtout en espérant pouvoir te lire un jour en tant qu'auteur.


John Peter B. 28/03/2010 19:24


comme beaucoup, auteur en quête d'éditeur, je suis tombé par hasard sur Griffe d'encre (en suivant des liens d'AT).. et l'accueil très sympathique de Isa, se confirme dans ces partages sur ce blog
! Bravo, et merci.


isa 28/03/2010 20:50


C'est moi qui te(vous) remercie. Ce petit commentaire a embelli ma journée enrhumée (très) et m'a fait oublié ma nuit d'insomnie.
N'hésite(z) pas à repasser et à poser des questions si tu(vous) cherches(ez) des renseignements précis. Je ne sais pas tout de ce milieu (j'en suis très loin) mais j'arrive à me dépatouiller à peu
près pour trouver des gens qui savent ce que moi, je ne sais pas ^^


Angar Rosnan 25/03/2010 15:46


Article fort intéressant, merci Isa. Je vais de ce pas regarder de plus près aux antisèches. C'est vrai que quand on a pas déjà un pied dans le milieu de l'édition (ce qui est le cas de la plupart
des auteurs dilettantes comme moi) ce n'est pas évident du tout de s'y retrouver. Bref merci encore !


isa 25/03/2010 19:05


Merci d'avoir laissé un commentaire. Ça fait toujours plaisir de savoir qu'on peut rendre service. J'espère retrouver ton nom un jour dans une anthologie que j'achéterai ;)


Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?

Archives