Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 15:05

Il y a quelques temps de ça, j'avais fait un billet sur les dilemmes de la traduction et une réaction un peu vive d'une de mes lectrices m'avait poussée à faire un autre billet sur la défense de la langue française, à savoir si cette dernière pourrait un jour disparaître comme l'ont fait certaines langues régionales.

Aujourd'hui, j'ai juste envie de râler une bonne fois (sans être forcément de bonne foi, d'ailleurs) comme ça, de façon totalement non-productive.

Ce matin, un journaliste de France Info parlait du retour à un trafic aérien à la normale qui ne pourrait se faire que "step by step". Et là, j'ai pensé à la réaction de ClaudeL et à ce qu'elle expliquait sur les slogans en anglais pour être plus vendeurs.

Et je vous avoue que je me suis demandé longuement l'intérêt de l'usage d'une telle expression de la part d'un journaliste français qui s'exprime sur une radio du service public. Aurait-on moins bien compris s'il avait parlé d'un retour "étape par étape" ? Je dois vous avouer qu'en dehors d'une allusion culturelle très obscure à une chanson des New Kid on the Block, je n'ai pas toujours pas compris la subtile nuance qu'il y avait à employer une expression anglaise en plein milieu d'une phrase en français. À part pour faire tendance. Ou une allusion à la check list, pour rester dans le langage propre au trafic aérien ?

Bon, il y avait sans doute une très bonne raison. Je cherche encore. Si je trouve, je vous préviens.

Partager cet article

Repost 0
Published by isa - dans (a)politique
commenter cet article

commentaires

encre de brume 21/04/2010 16:09


Ce qui personnellement me fait rire, c'est quand on traduit un titre en anglais par un autre titre en anglais.
The hangover --> very bad trip.
Je vois pas l'intérêt.

Ce qui me fait moins rire c'est tout le vocabulaire anglais importé en marketing, ok y'a des trucs qui ne se traduisent pas, mais une opération de checking, ca reste ni plus ni moins une opération
de vérification.


isa 22/04/2010 12:20



"Ce qui personnellement me fait rire, c'est quand on traduit un titre en anglais par un autre titre en anglais.
The hangover --> very bad trip.
Je vois pas l'intérêt."


Garder le côté "c'est américain, c'est classe" sans pour autant demander une culture linguistique trop élevée au client ^^


Sinon, dans tout ce qui est monde des affaires, on n'emploie plus que ça : traders, checking, marketing, trust... On va dire que c'est parce que ce monde cherche l'efficacité avant la culture. Si
tout le monde emploie les mêmes mots, ça va plus vite, ce qui est l'essentiel. Le problème c'est que comme c'est aussi cette sphère-là qui domine notre société, ça présage mal pour l'avenir de la
diversité linguistique :/



ClaudeL 20/04/2010 13:13


Le titre d'un roman paru dernièrement: Toi et moi, it's complicated. Je ne vois pas pourquoi. "Toi et moi c'est compliqué" aurait très bien fait l'affaire, il me semble. Décision d'auteur et/ou
d'éditeur sans doute.
Pire encore: toutes les chansons en anglais au début, à la fin ou n'importe où dans un film en français. Tellement d'auteurs francophones qui ne demandent pas mieux que de vivre de leur plume.
Et la pochette des DVD (films), comment est-elle chez vous? Au Québec, on ne se donne presque plus la peine de traduire le titre du film ou s'il l'est, le titre est en tout petit. Et pourtant les
animateurs de radio ou les journalistes donnent le titre en français alors quand on veut le trouver au magasin, on cherche longtemps.
Enfin sujet sans fin et toujours les mêmes arguments.


isa 20/04/2010 13:48



"Le titre d'un roman paru dernièrement: Toi et moi, it's complicated. Je ne vois pas pourquoi. "Toi et moi c'est compliqué" aurait très bien fait l'affaire, il me semble. Décision d'auteur et/ou
d'éditeur sans doute."


C'est là que nos avis divergent. N'ayant pas lu le roman, je ne juge pas par défaut que c'est un mauvais choix. Peut-être que l'auteur parle d'une relation entre un français et une américaine,
dans ce cas, le titre se jusifierait. Ou peut-être qu'il s'adresse à un public "jeunes" et qu'il utilise un de leur mode de langage, comme il aurait pu appeler son roman "JTM". Dans ce deuxième
cas, ça signifie clairement pour moi que je ne fais pas partie du public visé (pareil si je lis un titre en argot ou en langage SMS) mais c'est le droit de l'auteur de faire son choix créatif et
"d'annoncer la couleur".


Par contre, j'attends d'un journaliste qu'il fasse son travail d'information dans un français correct. La part d'artistique n'a pas grand-chose à voir là-dedans.


Pour les films, c'est très variable. Il y a de plus en plus de gens aussi qui les regardent en VO, du coup, quand ils en parlent ils utilisent le titre américain. Personnellement, ça m'agace un
peu de devoir chercher à chaque fois de quel film ils parlent. Parallèlement, c'est un comportement qui se développe pas mal 1/ à cause de mauvaises qualités de traduction ; 2/ à cause de
doublage parfois très moyens. Dans le cas des mauvaises traductions, je comprends que ça ne donne pas envie d'employer le titre traduit. Pour ma part, je n'ai pas envie d'appeler le film que j'ai
vu hier "les évadés". Alors c'est vrai que dans un DVD, vu qu'il y a aussi bien la VF que la VO et la VOSTF on fait de plus en plus figurer les deux titres sur la jaquette. Je pense que la taille
de l'un et de l'autre doit dépendre du nom sous lequel le film est le plus connu. Le développement d'Internet fait que les gens ont entendu parler d'un film bien avant sa sortie en français et
sont même parfois allés chercher les critiques en anglais. Si le film a déjà été lancé sous le titre original, ceux qui sortent le DVD veulent surfer sur cette vague et mettent ce titre en avant.



ClaudeL 19/04/2010 22:19


zut: interpeler, un "l".


ClaudeL 19/04/2010 22:18


Quant au retour du trafic aérien, il se fera petit à petit, tranquillement pas vite, reviendra à la normale progressivement, de façon progressive.


ClaudeL 19/04/2010 22:15


Vous vouliez m'interpeller, hein?!!
En tout cas, vous commencez à me comprendre: pourquoi utiliser de l'anglais quand ce n'est pas nécessaire. Je ne suis pas contre une langue vivante, qui évolue. Mais je dois faire partie des
"maudits fatigants" dont il a été question dans ce journal:
http://www.cyberpresse.ca/arts/television-et-radio/201004/12/01-4269428-langlais-a-tele-quebec-la-faute-aux-francais.php

Et j'en suis fière.


isa 20/04/2010 09:18



C'est amusant parce que je viens de faire un article sur un film dont le titre a été traduit n'importe comment. IL y a des fois où on ne traduit pas les titres et d'autres fois où on les recrée
au lieu de les traduire *soupir*


En fait, un titre en anglais ne me gêne pas plus que ça. Les "hommes bio" ou les "garde forestier du pouvoir" (?) pour traduire bioman ou power rangers, c'est assez bizarre. Dans cet article, je
séparerais par exemple Miss Spider qui se traduisait sans problème en mademoiselle Araignée et Rocket Power, plus difficilement traduisible. Si on reprend les "bioman" la série est en japonais à
l'origine et ce sont les japonais qui ont choisi un titre anglais parce que l'anglais a l'avantage d'accoler plusieurs mots pour en faire un "dynamique". Bref, sur les titres je reste parfois
partagée dans des cas particuliers.


Mais dans le cas de ce journaliste, j'ai vraiment trouvé ça ridicule. "On va revenir à la normale step by step", ce n'est même pas une expression idiomatique particulière. En français, on aurait
dit "par étapes" c'est tout. Il n'y a rien à gagner à dire "step by step" sauf à le dire avec un petit accent tendance pour dire "regardez, je suis citoyen du monde !" Juste un artifice. Être
citoyen du monde, c'est respecter toutes les cultures du monde. Commencer par la sienne, ce serait déjà pas mal...



Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?

Archives