Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 12:17

Décidément, les jeunes générations n'ont plus besoin de cours d'école pour apprendre des insultes. Un petit tour sur les JT ou les radio d'infos et on a tout ce qu'il faut pour enrichir son vocabulaire.

Et là, je vous avoue mon grand raz-le-bol ! À l'époque du "Casse-toi, pauv'con !" j'avais pris la défense de notre président auprès de mon entourage. Pourquoi ? Parce que j'aime comprendre avant de juger. Il faut imaginer la chaleur, le bruit, la pression sur les épaules d'un président tout fraîchement élu au milieu de gens qui ne lui sont pas forcément tous acquis. Ça pousse du coude, y a des mains partout, on essaie de sourire, de se faire bien voir, on a la tête qui bourdonne et, au milieu, un type venu là juste pour vous insulter "Touche-moi pas, tu me salis." [edit suite au commentaire de Lucie : à moins que la personne n'ait pas approché Sarkozy volontairement et qu'elle ait été entraînée là contre son gré. Ce n'est pas l'impression que m'a donnée la vidéo mais je peux me tromper, je n'ai jamais été à un salon de l'agriculture] L'insulte est certes mieux tournée, mais tout aussi dure (voire plus) qu'un "Casse-toi, pauvre con" qui ne traduit, après tout, qu'une pensée logique : "Si tu ne veux pas me toucher, qu'est-ce que tu fais là ?" Toute la différence c'est que le gars venu pour insulter a eu tout le temps de réfléchir à sa tournure, le président, non [re-edit suite au commentaire de Lucie : ou peut-être que l'homme en question n'avait rien préparé du tout, le fait est qu'il y a insulte au départ, à mon avis. Une opinion que l'homme a le droit d'exprimer, mais dans ce cas, celui qui est visé a le droit d'y répondre... même s'il aurait pu le faire avec plus de grâce]. Il réagit à chaud et comme tout humain, ce n'est pas forcément brillant. Ok, d'autres, comme De Gaulle ont réagi aux insultes avec plus de classe. Mais chacun est comme il est et je juge un président avant tout à sa capacité à gouverner.

J'ai été désolée de cet incident qui n'était guère glorieux pour notre image internationale. Mais voilà, ça arrive, c'est la vie. De plus, l'ampleur de l'histoire ne vient pas de la phrase irréfléchie de notre président, mais du relais qui lui a été fait par des gens qui, eux, avaient tout le temps de réfléchir aux conséquences. J'aurais trouvé judicieux que notre président s'excuse, pas forcément à l'égard de cet homme en particulier, mais plutôt pour des paroles qui n'auraient pas dû franchir sa bouche présidentielle. Il a préféré ne pas le faire, bon. De là à exiger sa démission... je pense qu'il y a des choses plus importantes.

Donc, forcément, comment voulez-vous que je réagisse quand les insultes sortent de la bouche d'un joueur de foot, en plein match tendu, gavé d'adrénaline jusqu'au bout des nerfs... ? Et surtout comment voulez-vous que je réagisse quand le même président trouve les paroles du joueur indignes et appelle à des sanctions exemplaires ? En dehors même de Sarkozy, chacun d'entre nous n'est-il pas capable de savoir qu'il y a des moments où on perd son self-control et où on dit des choses qu'on ne devrait pas ?

Alors on parle de l'exemple déplorable à l'égard des jeunes générations, mais en quoi Anelka est-il responsable de la sortie de ces paroles du vestiaire où elles auraient dû rester ? Et surtout de l'étalage en première page d'un journal, là où n'importe qui peut les lire ?

La première chose qui m'a choquée dans cette affaire, c'est la négation complète de la présomption d'innocence. Autant dans l'affaire du salon de l'agriculture, les propos de notre président étaient avérérés. Autant cette fois-ci, nous avions un accusé qui niait, une victime qui ne s'exprimait pas et un capitaine qui assurait que de tels propos n'avaient pas été tenus. Et, en face, un témoignage anonyme (plusieurs selon l'Équipe, mais toujours anonymes). Et tout le monde a réagi à l'information telle quelle. Ces propos étaient tout simplement inacceptables et exigeaient le renvoi du joueur, voire l'impossibilité définitive de réenfiler le maillot des bleus. Mais qui peut assurer que ces mots avaient bien été dits ?

Aujourd'hui, le sélectionneur de l'équipe sort de son silence et confirme ce que j'ai toujours pensé, à savoir que nous autres quidam qui lisons les journaux ou écoutons les infos n'avons aucune idée de ce qui se passe dans un vestiaire et du type de mots qui y sont échangés. Que croyez-vous donc que les entraineurs crient à leur joueur depuis leur banc quand ceux-ci se montrent nuls ? Regardez bien leur expression (pour ceux qui s'expriment, pas comme Domenech et d'autres), est-ce que vous trouvez vraiment qu'ils ont l'air de gars en train de dire "Eh, s'il-te-plaît, machin, voudrais-tu bien faire montre d'un peu plus d'énergie ?"

À mon avis, le registre de langage tenu entre les joueurs et leur sélectionneur n'est pas d'un niveau qui nous est habituel. D'ailleurs, malgré l'insistance des journalistes à faire dire à Thierry Henry que lui-même n'avait jamais insulté un entraîneur, celui-ci est resté plus qu'évasif.

Au final, Domenech nous explique que le joueur a marmonné ses insultes dans son coin. Donc, fort probablement sur un ton qui ne permettait pas à la personne visée de l'entendre clairement (d'où l'absence de confirmation ou d'infirmation de l'intéressé). Seuls des joueurs dans l'environnement immédiat de l'attaquant de Chelsea ont pu entendre et répéter ses propos. Très sincèrement pour moi, cela dénote d'un mentalité de m... [je pèse mes mots pour ne pas être virée de mon rôle de bloggueuse]. Marmonner des insultes parce qu'on vient de se faire secouer les puces n'est pas un crime, ni même un mauvais exemple pour la jeunesse qui n'a de toute façon rien à faire dans un vestiaire privé à la mi-temps d'un match tendu. C'est juste humain. Mais être humain est-il un droit que nous laissons aux personnalités publiques ?

Personnellement, je n'aime pas entendre mes ministres traîter leurs adversaires politiques de "salope", pas plus que je n'aime lire des "fils de pute" en Une des journaux. Mais je pense aussi qu'il y a un moment où "l'information" doit savoir s'arrêter. J'aime le foot et je n'ai pas aimé du tout les "performances" de l'équipe de France dans ce Mondial. Je n'ai rien contre le fait qu'on dise la vérité sur les incompétences de l'un ou de l'autre. Pour le salaire qu'ils touchent, mouiller le maillot et faire quelques efforts pour laisser leur ego au vestiaire, me paraît un minimum. De là à bruler un joueur en place publique pour quelque chose qui ne nous regarde pas, il y a un pas à ne pas franchir.

Je pense que c'est à nous, public, de voir le genre d'informations que nous "consommons", de voir sur quoi nous voulons juger les gens : sur leurs compétences de ministre, président, joueur de foot ou sur leurs pensées intimes et leurs propos privés.


Partager cet article

Repost 0
Published by isa - dans (a)politique
commenter cet article

commentaires

Sylvia Da Luz 21/06/2010 07:59


Salut Isa! c'est bien moi
J'attendais un article, j'ai lu le dernier où tu disais que ton internet ne marchait pas fort, alors j'attendais, ehehe

Quand tu parles de l'argent des joueurs: la preuve de ce que tu dis, c'est qu'on commence déjà à parler du préjudice de TF1 et des sponsors... C'est un peu ça la dignité de l'équipe de France
aussi, ne pas faire perdre tout cet argent!!!!! Au prix auquel ils jouent, plus le droit aux états d'âmes!


isa 21/06/2010 12:09



C'est ça qui est très compliqué. Avec cette histoire de "grève" notamment. Personnellement, je les soutiens. Ils n'ont pas fait grève parce qu'on les insulte pour leurs mauvais résultats ou parce
qu'on les engueule ou parce qu'ils perdent. Ils ont fait grève parce qu'ils considèrent que ce n'est pas normal qu'un joueur soit purement et simplement viré pour des marmonnements de vestiaires.
Quel employé accepterait un tel renvoi sans aller au Prudhomme ? (On a même vu le cas récemment de deux employés portant plainte parce qu'ils avaient été virés pour des insultes qu'ils avaient
eux-mêmes rendues publiques via FB). Alors oui, ils sont très (trop) payés. Mais ça n'empêche pas de demander à ce qu'on respecte les individus. Le problème c'est qu'il y a en effet de telles
sommes en jeu, que l'humanité n'a plus rien à voir là-dedans.



Sylvia Da Luz 20/06/2010 21:45


Encore une fois, je suis totalement d'accord avec ce que tu dis dans ton article. Encore une fois on en revient au problème du journalisme et du trash. Et de notre attitude de consommateurs.
Quand on foot, c'est une autre histoire, il y a un très bon article sur Marianne à propos du mondial qui montre comment le foot se transforme peu à peu en un jeu d'individualités friquées et
apatrides (ce n'est pas une référence à leurs origines attention! mais au fait qu'ils jouent toute l'année dans des clubs étrangers) qui pour beaucoup sont plus motivés par l'ascension sociale que
leur a permis le foot que de courir derrière le ballon(et peut-on vraiment leur en vouloir quand on sait que pour beaucoup, sans cela,ils rameraient probablement dans une banlieue pauvre ou un pays
misérable ?) . Je ne referai pas l'article, mais il est tristement plein de vérité.


isa 20/06/2010 22:39



Alors tout d'abord coucou Aya ! Pendant un moment, je n'avais pas percuté que c'était toi et je me demandais ce que tu devenais ^^


À part ça, oui, je suis d'accord. Y a un gros problème d'argent dans le foot et aussi sur le côté "apatride". Je pense que c'est bien que ces joueurs atteignent la réussite mais je pense que trop
d'argent, ce n'est jamais une bonne chose. Ça vaut d'ailleurs pour le foot et d'autres milieux... Les joueurs sont déconnectés du monde, certains agissent comme des stars capricieuses et, en
plus, le public lui-même a une exigence différente du fait de ces salaires qui paraissent disproportionnés. Les enjeux ne sont plus du tout autour du jeu et du ballon et tout prend des
proportions inadaptées pour un minimum de sérénité.



Lucie 20/06/2010 19:35


Tu rigoles, mais tu sais que je commence à me poser des questions parce que je publie d'un côté des textes pour adultes, et même des nouvelles érotiques, et de l'autre des histoires pour enfants,
sous le même nom...


isa 20/06/2010 20:37



Tu aimes vivre dangereusement ^^



Lucie 20/06/2010 19:20


Là, c'est +10 ;-)

Tu sais, je n'avais pas vu que Sarkozy appelait à des sanctions exemplaires contre Anelka, et comme toi, je trouve ça ahurissant !


isa 20/06/2010 19:32



http://www.youtube.com/watch?v=BU8yyEdf8Es


Il faut reconnaître à notre président qu'il a au moins respecté la présomption d'innocence (il a appris ça avec les nationalistes corses ^^). Mais je n'ai pas trouvé de vidéo complète. En tout
cas, il a pris la peine de réagir durant son voyage à Mouscou (c'est dire l'ampleur que prend cette histoire) et d'après ce qu'en disait la radio, il avait appelé à des sanctions exemplaires en
disant que R. Bachelot ferait ce qu'elle avait à faire. Mais je n'ai pas eu la déclaration exacte.


N'empêche tout ça fait réfléchir sur la célébrité. Imagine qu'on devienne célèbre, faudra faire gaffe si on marche dans un excrément de chien dans la rue de ne pas employer une expression
idiomatique incorrecte, sous peine de se voir à la Une de tous les journaux comme le mauvais exemple pour la jeunesse. Tu imagines ? "Lucie Chenu, interdite de librairie parce qu'elle a dit le
mot de cinq lettres en marchant dedans !!!" Le puritanisme américain tant décrié est enfoncé XD


De nos jours plus que jamais "pour vivre heureux, vivons cachés."



Lucie 20/06/2010 19:00


je suis d'accord avec toi sur tout le reste, sur le fait qu'il vaudrait mieux critiquer les points importants plutôt que les excès de langage. Avec un bémol, qui est qu'à la même époque se sont
multipliées les affaires de procès pour diffamation ou de délits d'offense. Et qu'il y a là, nettement, un deux poids deux mesures qui est insupportable.

Sur le foot, je te rejoins.

Mais je continue à penser que le quidam se trouvait là par hasard. Je ne sais pas si tu es déjà allée au Salon de l'Agriculture, mais il y a une cohue abominable, et on peut être emmené malgré soi
ou ne pas voir où on arrive, tout simplement. Certains jours ou certaines allées au Salon du Livre, aussi, d'ailleurs


isa 20/06/2010 19:14



Je veux bien admettre, je n'aime pas faire de procès d'intention (d'ailleurs je vais éditer le "venu pour") mais je pense qu'il y a eu insulte et réponse à l'insulte. Ça m'a choquée dans les deux
cas. Qu'il refuse sa main, pas de soucis. Mais je connais des gens qui ont voté Sarkozy, c'est un droit, il est président de tous les Français, ceux qui l'ont choisi et les autres. Ceux-là ne
peuvent pas clamer leur amour pour la démocratie et refuser l'avis du peuple quand il ne correspond pas au leur. C'est notre président, faut faire avec, l'insulter c'est insulter les millions de
gens qui ont voté pour lui. Critiquer ses idées, lui refuser sa main, c'est une chose, lui dire que son contact vous salit, c'est une agression verbale à laquelle le prséident répond de même.
Sans grâce, c'est vrai. Il aurait dû s'abstenir et être au dessus de ça, mais bon... Je partage ton avis sur le fait qu'il a "besoin d'amour" (ce qui est un problème pour un président) et donc sa
réaction est à vif, épidermique. C'est moche, mais l'être humain n'est pas toujours beau.


Par contre, je pense qu'il est particulièrement mal placé pour enfoncer ainsi Anelka. Si insulter son entraîneur dans un vestiaire est déplacé, insulter un de ses concitoyens en public, sur un
salon, devant les caméras, niveau exemple, c'est clair que c'est largement pire. Donc bon, y a des fois où certains gagneraient à ne pas faire la morale.


D'ailleurs là dessus, je rejoins aussi ce que tu dis. C'est le problème du deux poids deux mesures. Les uns peuvent insulter, les autres pas. Dans un cas, c'est de bonne guerre, dans l'autre
c'est une offense. Nous avons le gouvernement le plus moraliste qui soit (qui veut nettoyer la racaille au Karsher, est choqué par les casquettes à l'envers et le verlan, veut réapprendre les
valeurs à notre jeunesse en perdition, etc...) et en même temps celui qui a eu le plus de scandales de ce genre.


Maintenant qui sont les responsables ? Les politiciens qui se permettent de dire de plus en plus de choses "limites" ? Les médias qui se jettent là-dessus ? Les gens qui lisent plus volontiers ce
genre d'infos sans intérêt que les véritables analyses de fond ? Je n'ai pas la réponse, mais c'est un aspect de la démocratie/démagogie qui me hérisse.



Profil

  • isa
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)
  • Isa, jeune auteur qui parle beaucoup avec les doigts (avatar ©Luis Royo)

Paru !

http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/PC_200-200x307.jpgMa première novella est enfin parue !

Vous pouvez découvrir un extrait en ligne.

Disponible en librairie près de chez vous ? Cliquez ici pour le savoir.

Vous pouvez aussi le commander en ligne sur le site de l'éditeur, Amazon et Fnac.com.

Les premiers avis ici !

Un Article En Particulier ?